Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 septembre 2016 5 30 /09 /septembre /2016 18:47
Le Destin miraculeux d'Edgar Mint, Brady Udall

Le Destin miraculeux d'Edgar Mint, Brady Udall, éditions France Loisirs, 2002, 443 pages

Genre : roman

Thèmes : enfance, accident, famille, tolérance, différence, racisme

Traduit de l'américain par Michel Lederer

 

L'auteur en quelques mots ...

Né en 1971, Brady Udall grandit dans la petite ville américaine de Saint Johns, en Arizona, au sein d’une famille nombreuse de mormons.

Il se consacre très jeune à l’écriture, remportant, à douze ans, un concours de poésie. Diplômé de l’université Brigham Young, il enseigne l’anglais au Brésil, puis en Corée, avant de rentrer aux États-Unis où il suit les cours de créativité littéraire du prestigieux Iowa Writer's Workshop de l’université de l’Iowa.

Quelques-unes de ses nouvelles sont publiées dans des magazines spécialisés américains. En 1998, son premier recueil d’histoires courtes, Lâchons les chiens, est salué comme une révélation par des critiques enthousiastes. Le Franklin and Marshall College (Pennsylvanie) lui propose alors un poste d’enseignant en littérature, qu’il accepte. Son premier roman, Le Destin miraculeux d’Edgar Mint, paraît en 2001 et le propulse au rang des meilleurs jeunes auteurs américains de sa génération. Son œuvre est comparée à celle de Dickens ou de John Irving, son style à celui de Raymond Carver.

Prenant leur source dans les contrées les plus reculées du Middle West, ses histoires vibrent sur une corde raide, constamment tendue entre l’humour et les drames les plus sombres.

L’écrivain William Kittredge dit de lui : « Une nouvelle génération d’écrivains commence à émerger et Brady Udall compte parmi les meilleurs d’entre eux. Un mec sensationnel, comme il dirait. » (source wikipedia)

L'histoire :

Pour ses sept ans, Edgar Mint a été écrasé par un facteur. Ou plutôt le facteur a roulé sur sa tête avec sa Jeep. C'est l'histoire qui fut racontée à Edgar alors que, miraculé, il reste en convalescence à Sainte Divine. Edgar a tout oublié, ne parvient pas à écrire et doit réapprendre à vivre, seul.

« "Si je devais ramener ma vie à un seul fait, voici ce que je dirais : j'avais sept ans quand le facteur m'a roulé sur la tête. Aucun événement n'aura été plus formateur. Mon existence chaotique, tortueuse, mon cerveau malade et ma foi en Dieu, mes empoignades avec les joies et les peines, tout cela, d'une manière ou d'une autre, découle de cet instant où, un matin d'été, la roue arrière gauche de la jeep de la poste a écrasé ma tête d'enfant contre le gravier brûlant de la réserve apache de San Carlos." Edgar Mint pourrait être aux années 2000 ce que Garp fut aux années 80. Après Lâchons les chiens, Brady Udall s'impose avec ce roman inclassable et génial, comme une des grandes révélations de la littérature américaine.»

Sa mère, indienne, alcoolique, l'a abandonné. Le cow boy blanc qui l'a séduite s'en est allé, la laissant seule, enceinte, sans ressource.Sa grand-mère le croit mort.

A Sainte Divine il a pourtant des amis, tous estropiés comme lui : Art, qui le prend sous son aile, Jeffrey et ce chirurgien, Barry, qui l'a sauvé en le ranimant alors que tous le croyaient mort.Mais la vie qui l'attend au pensionnat est tout autre : brimades, violences, sévices,les enfants sont intraitables entre eux , particulièrement envers les métis comme Edgar.Par quel miracle Edgar Mint , l'enfant-coma,parvient-il à survivre à tout ? La foi peut-être. Une amitié inprobable certainement. Là-bas tu t'adaptes ou tu meurs.Edgar s'adaptera.

Riche d'une patience hors norme et d'une générosité à toute épreuve, l'adolescent est placé en famille d'accueil, les Madsen, chez qui il réapprendra la douceur, le bonheur simple.Il ne perd pourtant pas de vue son objectif : retrouver le facteur et lui dire qu'il a survécu.

Mais le destin d'Edgar semble bien avoir encore quelques épreuves à lui soumettre...

En vrac et au fil des pages ...

 

Quelle étrange lecture ! Je me rends compte en le résumant qu'il me renvoie à des lectures ou des films que je regardais petite , Sans Famille d'Hector Malo, Les Misérables de Hugo, autant d'histoires qui vous prennent aux tripes parce qu'elles évoquent une enfance solitaire, difficile, parfois violente, tourmentée et qui n'en finit jamais.

Pourtant ici le ton est teinté d'humour, on entend l'adulte derrière le récit d'enfance et on y croit donc : quel adulte deviendra Edgar après une telle enfance ? Balotté de maison de convalescence en famille d'accueil, il ne vit que pour une chose ; retrouver celui qui a fait basculer sa vie et lui dire que tout va bien, qu'il est vivant.

Je dois dire que l'épisode concernant sa vie à Sherman m'a bousculée. Une telle violence fait référence à tout ce que l'on a déjà lu sur les pensionnats "à l'ancienne", la violence, la solitude, la débrouille pour survivre, montrer que l'on peut prendre le dessus face à un groupe de caids.Certains passages sont proprement révoltants et vous "secouent la pulpe" comme on dit !

Le style est fluide, on se laisse emporter par l'histoire, au-delà des interrogations qu'elle suppose. L'écriture est travaillée, qui nous livre une phrase à la troisième personne et les suivantes à la première, comme si le narrateur souffrait d'un dédoublement de personnalité ou que sa vie était hachée, morcelée comme sa mémoire, son corps. C'est troublant mais bien vu.

Parcours initiatique, c'est aussi une leçon de vie, de tolérance et de respect. On y parle de racisme, du regard envers les indiens, les métis, de l'intolérance dont on peut faire preuve envers une communauté qui nous est étrangère. Finalement, Edgar est observé avec curiosité, que ce soit pour ses origines ou son handicap.

La fin nous dévoile la véritable histoire, celle qu'Edgar a oubliée, celle où il était aimé comme tout enfant le mérite ...

Le Destin miraculeux d'Edgar Mint, Brady Udall

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires mois américain
commenter cet article

commentaires

c'era una volta 16/10/2016 11:47

Je l'ai trouvé bouleversante l'histoire de ce petit bonhomme. C'est vrai qu'il en traverse des misères, mais il se dégage aussi de lui une telle force.
Un grand livre et un grand auteur pour moi.

jerome 03/10/2016 12:08

Je garde un souvenir ébloui de ce premier roman, lu il y a pourtant fort longtemps !

Nath 03/10/2016 20:37

Vraiment ? Je me suis laissée séduire par les avis élogieux mais je suis sur la réserve. N'est ce pas un peu trop pour ce pauvre Edgar ? Evidemment cela permet de parler d'autres thèmes et offre un regard frais. Mais je ne suis pas absolument convaincue par l'histoire. Par le style oui par contre !

Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • Harry, sorcellerie et gourmandises !
    Halloween approche et ,avec lui, les idées germent. Que mangera-t-on ? Quelle formes horrrifiques ou magiques prendra l'apéritif ? Et le dessert ? Aujourd'hui je ne cuisine pas mais je fais le tour des blogs pour dénicher quelques pépites ! Chez Lou et...
  • Le Livre perdu des sortilèges, Deborah Harkness
    Le Livre perdu des sortilèges, Déborah Harkness, éditions Le Livre de poche, 2012, 832 pages Traduit de l'anglais par Pascal Loubet Genre ; fantastique Thèmes : sorcellerie, vampires, démons, sorcières, amour, héritage, magie L'auteur en quelques mots...
  • Miss Peregrine et les enfants particuliers, Ransom Riggs
    Miss Peregrine et les enfants particuliers, Ransom Riggs, éditions Bayard jeunesse, 2012, 432 pages traduit de l'anglais par Sidonie Van Den Dries Genre : jeunesse fantastique Thèmes : seconde guerre mondiale, enfance, déportation, souvenirs, fantastique,...
  • Tarte potimarron et noix de pécan
    Cette semaine, pourvu que ce soit à base de courge, toutes nos recettes peuvent entrer dans le challenge de Lou et Hilde. Pour nous ce sera une Pumpkin Pie avec quelques petites modifications de la recette originale. Les ingrédients : 600 gr de potimarron...
  • Petits bonheurs # 6 Retour sur les petits bonheurs de fin d'été
    Petit rendez-vous de partage, délectation et autres petits bonheurs ! Cet été nous avons acheté une maison et commencé les travaux. Pas le temps de publier quoi que ce soit, mais j'ai tout de même pris des photos de notre jardin fruitier et des réalisations...
  • Mes challenges d'automne, c'est parti !
    Premier billet en guise d'ouverture des challenges d'automne. Aujourd'hui pas d'épouvante ou de sorcellerie ! Bientôt, bientôt ! Juste des couleurs ,des senteurs, qui représentent ce que j'aime dans l'automne. Cette année nous avons la chance de vivre...
  • Challenge Halloween 2017
    Lou et Hilde sont de retour pour le challenge d'automne qu'on ne rate jamais : le challenge Halloween ! Souvenirs des années précédentes : - challenge halloween 2016 - challenge halloween 2015 Quelles surprises les filles nous réservent-elles cette année...
  • Le Pumpkin Autumn Challenge 
    Nouveau blog, nouveau challenge ! Chez Guimause, que je viens de découvrir, on organise un challenge d'automne selon trois formules (merci à PatiVore qui a relayé ce challenge) : Le Pumpkin Autumn Challenge débutera le 1er septembre et s’étendra jusqu’au...
  • Le Miroir et autres nouvelles fantastiques, Edith Wharton
    Le Miroir et autres nouvelles fantastiques, Edith Wharton, éditions Folio, 2011, 84 pages Genre : nouvelles Thèmes : spiritisme, fantôme, au-delà L'auteur en quelques mots ... De son véritable nom Edith Newbold Jones, Edith Wharton est née en 1862 et...
  • Qui es-tu Alaska ? John Green
    Qui es-tu Alaska ? John Green, éditions Gallimard jeunesse, pôle fiction, 2011, 402 pages Traduit par Catherine Gibert Genre : drame, jeunesse Thèmes : amitié, solitude, adolescence, littérature, souvenirs, résilience L'auteur en quelques mots ... Né...

Je papote aussi sur...

 

je dois encore chroniquer ...