Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 septembre 2016 7 18 /09 /septembre /2016 08:23
La Maison de Salt Hay Road, Carin Clevidence

La Maison de Salt Hay Road, Carin Clevidence, éditions 10/18, 2015, 336 pages

Genre : fresque familiale

Thèmes : famille, mariages, fratrie, patriarche, générations, ornithologie, drame

 

L'auteur en quelques mots ...

Carin Clevidence est née en 1967. Elle a grandi sur l’île de Long Island, « entourée d’eau et d’oiseaux », et vit désormais à Northampton, avec son mari et ses deux enfants. Après un diplôme en écriture créative à l’université du Michigan, elle écrit une série de nouvelles pour diverses revues aux États-Unis, telles que The Michigan Quarterly Review, The Indian Review, ou encore Story. La Maison de Salt Hay Road est son premier roman.

L'histoire :

 

Pasionné d'ornithologie, le jeune Clayton fait régulièrement l'école buissonnière, au grand damn de sa soeur Nancy, pour observer les oiseaux dans les marais. Ce matin là, lorsque l'explosion de l'usine de feux d'artifice retentit, il était pourtant en classe, rêvant aux oiseaux qu'il connaissait bien. De l'autre côté de la ville, son grand-père Scudder se réveilla en sursaut, pensant à une attaque allemande; Mavis, sa tante, "se prépara à rencontrer son créateur" et sa soeur fit une embardée à cheval. Toute le monde fut rapidement au courant de la catastrophe, des marins du port, aux habitants des villes environnantes.

Ce jour-là Nancy rencontra Robert Langdraff, adjoint du Muséum d'Histoire naturelle de Boston venu en repérage, et le présenta à sa famille, bien qu'elle ait honte de sa tante Mavis. Quelques années plus tôt Roy et Mavis avaient recueillis Clayton et Nancy dont la mère, Hélène, leur soeur, était décédée d'un cancer. Alors que le jeune garçon appréciait sa vie à Salt Hay Road, Nancy ne rêvait que de partir et montrait son hostilité envers sa tante.

La famille, ainsi recomposée, évoluait autour du patriarche, Scudder, ancien sauveteur en mer, au caractère bien trempé, qui observait tout d'un oeil attentif , à la fois revêche et bienveillant. Nancy était sa préférée. Il reconnaissait en elle cette fougue qui l'avait longtemps animé lui-même. Attaché à sa maison de Salt Hay Road, il avait vécu bien des histoires et se plaisait à raconter à son petit fils comment il avait vu flotter sa maison "l'eau qui éclaboussait les murs blancs et l'encadrement de la porte, tandis qu'un rideau jaune se balançait derrière une des fenêtres. Ça fichait un peu la frousse, avait-il raconté à son petit fils ; pas la maison elle-même, mais sa progression laborieuse quoique déterminée à travers les vagues."

La rencontre de Nancy avec Robert allait changer bien des choses, l'amener à Boston où sa nouvelle vie l'éloignerait de sa famille. A Salt Hay Road, les événements se succédèrent, chacun dut faire face à ses sentiments : Roy tomba amoureux pour la seconde fois et se remémora le drame qui avait failli lui coûter la vie, Mavis qui redoutait que son mari violent ne la retrouve, vivait dans la crainte depuis l'explosion et assimilait le gros nuage noir à un présage, Scudder ne se remit jamais vraiment du départ de Nancy et Clayton comprit le lien qui l'unissait à sa soeur seulement après son départ.

Lorsque l'ouragan les surprit à l'automne 1938, ils étaient en train d'apprendre à se connaitre...

En vrac et au fil des pages ...

Ce récit est l'histoire d'une famille, d'un drame et d'une maison qui apparait à elle-seule comme un personnage, lien entre tous les membres d'une famille fragile. Personne ne parvient à exprimer réellement ses sentiments et aucun ne peut dire qu'il connait vraiment l'autre. C'est que l'on ne se confie pas.

Nancy et Clayton font figure d'exception et ont nourri un lien fort au décès de leur mère. Pourtant, le départ de Nancy va rompre cette fusion et provoquer un raz de marée plus important que l'explosion de l'usine.

Il faut parfois s'éloigner pour comprendre, c'est ce qui va arriver à cette famille dont le patriarche a toujours plus ou moins guidé le parcours. Roy est le fils que Scudder n'a jamais vraiment compris, détestant le milieu de la mère que son père vénère. Mavis porte en elle une blessure liée à son mariage, ne laisse pas de place à un autre amour et vit dans la crainte que son mari la retrouve. Elle est aussi un ciment fort pour sa famille, les nourrissant au sens propre, créant ainsi un lien que Nancy appréciera de retrouver lorsque son univers s'écroulera.

Chacun comprend peu à peu ce qui les unit et le besoin qu'ils ont les uns des autres alors qu'ils pensaient s'affranchir de ce lien.

L'auteur nous fait découvrir un espace à la fois féérique avec ces marais ,ces espéces variées, et rude, avec ses ouragans, ses tempêtes qui n'épargnent personne. La guerre apparait en fond, comme une musique sourde qui génère de la crainte dans un pays qui ne sait comment sera perçu son engagement. Elle n'est pas traitée ici, comme si le lecteur était placé dans la position des personnages, sachant ce qui se passe en dehors du pays sans que cela n'affecte directement leur vie, mais redoutant tout de même une contre offensive allemande.

Comme souvent dans les récits américains, l'espace est un élément fort et essentiel qui crée une ambiance particulière, lente, un drame en attente.

L'écriture, aseez contemplative, s'attache à ce qui fait la beauté de ces paysages, aux sentiments qui animent les personnages, avec douceur, et nous guide vers le drame.

Encore un très bon récit que je vous invite à découvrir.

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans mois américain saveurs littéraires
commenter cet article

commentaires

Myrtille lit 21/09/2016 18:22

Comme toi, je participe au mois américain et donc je suis très tentée ! Dernièrement, je me suis régalée avec La dernière fugitive, bien davantage qu'avec Le récital des anges qui nous avait un peu déçues toutes les deux...
Bises :)

nath 21/09/2016 18:36

oui j'ai du mal à retourner vers tracy Chevalier, je devrais essayer celui-là

Gigi-sempai 21/09/2016 13:54

Ton avis me fait très envie. :)

nath 21/09/2016 14:18

ah super !

Plume vive 19/09/2016 20:54

J'adore le changement concernant le design de ton blog, vraiment très réussi ;)

Nath 19/09/2016 21:11

C'est gentil,je change souvent, je manque de constance ou alors je me laisse porter par mes envies !

c'era una volta 19/09/2016 12:48

Ce que tu dis de ce roman, sur cette famille, leur fonctionnement entre eux, leurs liens et tout le reste, cela me donne bien envie. J'ai l'impression que les américains s'y entendent bien à parler de la famille et de la nature (sa majesté et son pouvoir destructeur).
Je découvre encore une auteure en plus! :) Merci

Nath 19/09/2016 18:39

C'est vrai que l'on reconnait quelques specialités suivant la nationalité. La littérature américaine est en effet souvent celle des grands espaces et dew liens familiaux. J 'espęre qu'il te plaira

manou 19/09/2016 07:24

C'est un auteur que je ne connais pas du tout ! J'adore les histoires de famille et si en plus tout cela se passe dans une nature magnifique, j'adopte tout de suite. A découvrir donc ! Belle journée

Nath 19/09/2016 07:57

C'est un récit assez contemplatif dans lequel on pressent une tension,un drame lié à la nature. Mais je n'en dis pas plus !

Cassandre 18/09/2016 12:35

je me rappelle avoir bien aimé l'histoire, par contre, j'ai presque tout oublié !

nath 18/09/2016 14:17

oh c'est dommage !

Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • Belgravia, Julian Fellowes
    Belgravia, Julkan Fellowes, éditions J.C Lattès, 2016,420 pages Genre : historique Thèmes : famille, héritage, lignée, mariage, descendance, intrigue, société anglaise, XIXe S, Angleterre, secret de famille. Traduit de l'anglais par Valérie Rosier et...
  • Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert
    Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert, éditions Sabine Wespieser, 20a7, 287 pages Genre : historique Thèmes : shoah, exil, reconstruction, Juif, Haiti, famille L'auteur en quelques mots ... Né à Port au Prince, en Haiti ,en 1962, Louis-Philippe...
  • Le Protectorat de l'ombrelle :Sans honte, Gail Carriger
    Le Protectorat de l'ombrelle, tome 3 Sans Honte, Gail Carriger, éditions Le livre de poche, 2013, 421 pages Traduit de l'anglais par Sylvie Denis Genre : Bit lit Thèmes: séparation, mariage, complot, cabale, vampires, loups garou L'auteur en quelques...
  • Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian
    Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian, éditions City, 2015, 351 pages Genre : policier so british ! Thèmes : Whitechapel, meurtres, famille, détective Traduit de l'anglais par Hélène Tordo L'auteur en quelques mots ... Ecrivain anglais, Martin...
  • Agatha Raisin enquête, tome 5 Pour le meilleur et pour le pire, M C Beaton
    Agatha Raisin enquête, tome 5 Pour le meilleur et pour le pire, Parlez ou taisez vous à jamais, M C Beaton, éditions Albin Michel, 2017, 284 pages Genre : policier so british ! Thèmes : amour, mariage, secrets, meurtre L'auteur en quelques mots ... Retrouvez...
  • Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares
    Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares, éditions Gallimard, 2017, 336 pages Genre : récit jeunesse Thèmes : famille, divorce, adolescence, sentiments, mariage, fratrie, amour Traduit de l'anglais par Vanessa Rubio-Barreau L'auteur en quelques mots... Connue...
  • Vacances en forme de petits bonheurs #1
    En vacances les petits bonheurs sont quotidiens. Les voici rassemblés dans un billet hebdomadaire. Lundi 17 juillet : court séjour à Capbreton pour rejoindre une partie de la famille. Bien installés au camping ,on apprécie un pique nique sur la plage,...
  • Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg
    Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg, éditions Babel noir, 2009, 593 pages Genre : policier Thèmes : meurtre, enfance, famille, secrets, enquête L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie de Camilla Läckberg sur les premiers billets de la...
  • 4 days in London !
    Afin de rendre les honneurs à la ville de Londres que nous avons découverte en octobre 2015, je relance ce billet sur notre magnifique séjour. Notre retour en métropole est l'occasion de faire découvrir aux enfants des lieux que nous aimons et que nous...
  • La Compagnie des menteurs, Karen Maitland
    La Compagnie des menteurs, Karen Maitland, éditions Pocket, 2014, 664 pages Genre : thriller médiéval ,historique Thèmes : peste, Moyen âge, XIV °S, religion, fanatisme, énigme L'auteur en quelques mots ... Née en 1956 au Royaume Uni, Karen Maitland écrit...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...