Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juillet 2016 7 17 /07 /juillet /2016 06:12
Le Bouc émissaire, Daphné du Maurier

Le Bouc émissaire, Daphné du Maurier, éditions Le livre de poche, 2014, 480 pages

Thèmes : double, famille, identité, sens de la vie

Genre : littérature contemporaine

Traduit de l'anglais par Denise Van Moppès

 

L'auteur en quelques mots ...

 

Retrouvez la biographie de Dahpné du Maurier sur le billet du challenge qui lui est consacré sur le blog.

Rebecca

L'Amour dans l'âme

Manderley for ever, Tatiana de Rosnay

 

L'histoire :

 

"J'étais arrivé au Mans, affreusement abattu. Je ne connaissais que trop cette mélancolie inséparable des derniers jours de vacances, mais j'éprouvais cette fois plus que jamais l'angoisse du temps trop vite enfui, non parce que trop rempli mais parce que je n'y avais rien accompli".

John est professeur d'Histoire française en Angleterre et réside en France pour quelques temps, afin de prendre des notes pour ses cours. Vivant à travers l'Histoire, il recrée en imagination les villes fortifiées, l'éclat d'autrefois, mais a du mal à vivre pleinement le présent.Son désespoir est de connaitre l'histoire de ceux qui l'entourent mais de ne pas être un des leurs, de se retrouver étranger à cette terre "Des années d'études, des années d'exercice, l'aisance avec laquelle je parlais leur langue, enseignais leur histoire, expliquais leur culture, ne m'avaient pas rappoché de ces gens".

C'est alors qu'arpentant les rues, il est bousculé par un inconnu. "Je le regardai aussi et je m'aperçus, dans un mélange bizarre de surprise, de peur et de malaise, que son visage et sa voix ne m'étaient que trop bien connus. C'est moi que je regardais"

Jean de Gué est pourtant l'opposé de John, extraverti, ne redoutant pas le regard des autres; mais, aussi désenchanté que lui, il a appris à accepter la vie telle qu'elle se présente: "Nous en sommes tous làdit-il,vous, moi, tous les gens que vous voyez dans ce buffet de gare. Nous sommes tous des ratés. Le secret de l'existence, c'est de reconnaitre ce fait assez tôt et de s'y résigner."

Aussitôt germe dans l'esprit de Jean de Gué l'idée de prendre la place de John, d'échanger leurs vies. Le lendemain matin, lorsque John se réveille, c'est en effet une nouvelle vie qui s'offre à lui. Un chauffeur l'attend, qui semble bien le connaitre, et le conduit jusqu'au manoir où vit une étrange famille qui ne voit personne d'autre en lui que Jean de Gué...

 

En vrac et au fil des pages ...

 

Comme souvent , Daphné du Maurier explore les tréfonds de l'âme et propose un portrait de famille dans lequel le thème du double a toute sa place. C'est le problème de l'identité qui est soulevé, car alors que John se rêvait français, en connaissant la culture et l'histoire, cette possibilité lui est offerte.

J'ai cru que le récit allait dévier sur le fantastique à l'apparition du sosie. mais il n'en est rien et c'est l'ancrage dans la réalité qui produit d'ailleurs une ambiance étrange. Le lecteur n'a de cesse de se demander si John va être reconnu ou s'il va clarifier son identité. Néanmoins, se sentant lui-même exclu en quelques sortes, il va jouer le jeu et entrer dans cette famille, jusqu'à y laisser son empreinte. Il y découvre alors l'attitude détestable de son double, les maitresses qu'il accumule, la vie de débauche qu'il mène.

Tous les indices sont placés de sorte que la situation paraisse plausible. C'est d'ailleurs ce qui fait froid dans le dos. Comment la propre fille de Jean de Gué pourrait-elle ne pas le reconnaitre ? C'est que leur relation, étrange, matinée de religion, était dictée par la petite à la maturité surprenante. Un univers particulier relie père et fille, que la gamine dirige. Il ne reste plus à John qu'à se laisser porter, à entrer dans le jeu. On se demande même si certains personnages n'ont pas compris et jouent tout de même le jeu.

La vie familiale s'organise autour d'une verrerie que les temps modernes envoient à la faillite. Jean de Gué semble avoir résolu de vendre l'affaire, de ne plus faire vivre la famille et les ouvriers. Pourtant, John va entreprendre, à la fois par naiveté et par ambition, de relever l'entreprise familiale, à la surprise de tous. Ressurgissent aussitôt des drames passés qui expliquent les comportements actuels, mais qui ne peuvent entraver les actions de John puisque lui ne sait rien de ce passé marqué par la guerre.

A ce jeu, le lecteur devient aussi un voyeur qui sait que ce n'est pas le vrai Jean de Gué qui évolue au manoir. Il ouvre les tiroirs avec lui, découvre les secrets de famille. C'est cette position à la limite malsaine qui nous fait ressentir une étrange sensation à la lecture du récit. Néanmoins la différence entre les deux sosies ne faisant aucun doute, on espère que la fin sera heureuse ...

Pourtant, on se laisse vite happer par ce genre de farce et, alors qu'il ne sait pas ce que fait Jean de Gué, s'il a pris sa place, s'il a choisi de vivre une autre vie, John entre peu à peu dans la peau d'un autre, apprécie cette nouvelle vie, découvre des secrets de famille qui peuvent expliquer l'aversion des autres membres de la maison pour lui et ne pense pas un seul instant que le véritable Jean de Gué pourrait réapparaitre...

C'est là tout le talent de Daphné du Maurier.

Une lecture que je vous recommande.

Le Bouc émissaire, Daphné du Maurier

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Mariejuliet 22/07/2016 13:49

Hum, cette histoire de double me met mal à l'aise, donc ce ne sera pas pour moi;

nath 22/07/2016 16:55

Ah ? tiens !

Jerome 19/07/2016 11:37

Tu auras bientôt lu tout Du Maurier. Et moi je n'ai toujours pas ouvert Rebecca...

nath 19/07/2016 12:05

oh il en reste tant ! Rebecca sera vite lu sur la plage tu sais ! Quoique, l'ambiance estivale ne s'y prête pas...

c'era una volta 18/07/2016 19:34

C'est clair que le lecteur est voyeur dans cette histoire et il y prend plaisir à regarder comment John va se sortir d'une telle situation. J'ai espéré jusqu'au bout du bout qu'il garde les commandes de cette nouvelle destinée :)
Et tu soulignes bien plus que je ne l'ai fait, l'importance de la Verrerie dans l'histoire.
Une lecture vraiment plaisante!

Pour le côté fantastique, je te recommande La maisons sur le rivage ^^

nath 18/07/2016 22:24

ah oui il faut absolument que je le lise celui-là ! merci de ta participation en tous cas ;)

Mypianocanta 17/07/2016 13:47

Entre toi et Northanger, je crois que je vais me laisser tenter par cette histoire et note donc ce titre dans ma liste d'envies (plus ou moins urgente). Merci donc pour cet avis :)

nath 17/07/2016 14:49

un jour tu le liras ! hihi !

Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • Belgravia, Julian Fellowes
    Belgravia, Julkan Fellowes, éditions J.C Lattès, 2016,420 pages Genre : historique Thèmes : famille, héritage, lignée, mariage, descendance, intrigue, société anglaise, XIXe S, Angleterre, secret de famille. Traduit de l'anglais par Valérie Rosier et...
  • Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert
    Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert, éditions Sabine Wespieser, 20a7, 287 pages Genre : historique Thèmes : shoah, exil, reconstruction, Juif, Haiti, famille L'auteur en quelques mots ... Né à Port au Prince, en Haiti ,en 1962, Louis-Philippe...
  • Le Protectorat de l'ombrelle :Sans honte, Gail Carriger
    Le Protectorat de l'ombrelle, tome 3 Sans Honte, Gail Carriger, éditions Le livre de poche, 2013, 421 pages Traduit de l'anglais par Sylvie Denis Genre : Bit lit Thèmes: séparation, mariage, complot, cabale, vampires, loups garou L'auteur en quelques...
  • Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian
    Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian, éditions City, 2015, 351 pages Genre : policier so british ! Thèmes : Whitechapel, meurtres, famille, détective Traduit de l'anglais par Hélène Tordo L'auteur en quelques mots ... Ecrivain anglais, Martin...
  • Agatha Raisin enquête, tome 5 Pour le meilleur et pour le pire, M C Beaton
    Agatha Raisin enquête, tome 5 Pour le meilleur et pour le pire, Parlez ou taisez vous à jamais, M C Beaton, éditions Albin Michel, 2017, 284 pages Genre : policier so british ! Thèmes : amour, mariage, secrets, meurtre L'auteur en quelques mots ... Retrouvez...
  • Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares
    Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares, éditions Gallimard, 2017, 336 pages Genre : récit jeunesse Thèmes : famille, divorce, adolescence, sentiments, mariage, fratrie, amour Traduit de l'anglais par Vanessa Rubio-Barreau L'auteur en quelques mots... Connue...
  • Vacances en forme de petits bonheurs #1
    En vacances les petits bonheurs sont quotidiens. Les voici rassemblés dans un billet hebdomadaire. Lundi 17 juillet : court séjour à Capbreton pour rejoindre une partie de la famille. Bien installés au camping ,on apprécie un pique nique sur la plage,...
  • Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg
    Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg, éditions Babel noir, 2009, 593 pages Genre : policier Thèmes : meurtre, enfance, famille, secrets, enquête L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie de Camilla Läckberg sur les premiers billets de la...
  • 4 days in London !
    Afin de rendre les honneurs à la ville de Londres que nous avons découverte en octobre 2015, je relance ce billet sur notre magnifique séjour. Notre retour en métropole est l'occasion de faire découvrir aux enfants des lieux que nous aimons et que nous...
  • La Compagnie des menteurs, Karen Maitland
    La Compagnie des menteurs, Karen Maitland, éditions Pocket, 2014, 664 pages Genre : thriller médiéval ,historique Thèmes : peste, Moyen âge, XIV °S, religion, fanatisme, énigme L'auteur en quelques mots ... Née en 1956 au Royaume Uni, Karen Maitland écrit...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...