Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juin 2016 2 07 /06 /juin /2016 06:45
Jane Austen à Scargrave Manor ,Stephanie Barron

Jane Austen à Scargrave Manor, Stephanie Barron, éditions du Masque, 1998, 445 pages

Traduit par Corinne Bourbeillon

Genre : récit policier so british

Thèmes : mariage, adultère, meurtre, enquête, aristocratie, héritage

L'auteur en quelques mots ..

Retrouvez la biographie de Stephanie Barron sur les billets suivants :

Jane Austen et le prisonnier de Wool House

Le Jardin blanc

L'histoire :

 

" Lorsqu'une jeune dame du monde désargentée a le bon sens de répondre favorablement à l'affection qu'elle inspire à un aristocrate d'âge avancé, veuf et pourvu en outre d'une belle situation financière, l'on observe en général que l'union est fort intelligemment assortie pour les deux parties"

Cependant lorsque, lors d'un bal en l'honneur des époux, Lord Fredérik Scargrave trouve la mort alors qu'il lève son verre à sa belle et jeune femme, Isobel, les soupçons l'emportent et les petits secrets de chacun refont surface.

Invitée au bal en tant qu'amie, bien que désargentée, d'Isobel, Jane Austen perçoit immédiatement les tensions qui sous-tendent les relations aristocratiques. Lord Harold Trowbridge suscite aussitôt l'antipathie avec ses manières abruptes et les jeunes lords, Fitzroy Payne et Tom Hearst, aux visages d'anges, semblent cacher un double jeu qui n'échappe pas à la sagacité de Jane.

Ajoutez au manoir, Madame et sa fille Fanny, une servante morte par strangulation pour s'être un peu trop approchée de la noble flamme et un vieux lord décédé dont on soupçonne une attitude inconvenante, et la recette est une bombe à retardement.

Se pourrait-il que le danger qui menace Isobel soit d'ordre politique et dépasse le cadre de la famille, mêlant en un complot savamment ourdi, les intérêts de Napoléon et ceux d'un certain Lord ?

C'est ce que s'apprête à découvrir Jane Austen, alors qu'elle pensait échapper à la pression de sa famille suite à son refus d'épouser, à 27 ans,  Harris Bigg-Wither ,qui lui aurait pourtant apporté une situation plus confortable.

 

En vrac et au fil des pages ...

Stephanie Barron a l'art de poser les situations et nous induit encore en erreur en dévoilant certains courriers de Jane Austen, un manuscrit dans lequel elle aurait fait montre de talents d'enquêtrice. Bien entendu ces pépites n'existent pas, mais le prologue a le mérite de placer le lecteur en condition : c'est bien Jane Austen qui va nous raconter son histoire dans les pages suivantes.

Jouons donc le jeu et découvrons en alternance des chapitres tirés de son pseudi journal et d'autres de la plume du narrateur, relatant les faits survenus entre décembre 1802 et mars 1803.

Ce n'est pas seulement une enquête qui nous est livrée mais une reflexion sur la vie de Jane Austen, son célibat affirmé à l'âge de 27 ans et sa volonté farouche d'indépendance. "L'idée d'un éternel tête à tête au coin du feu avec Mr Bigg-Wither, la pensée de voir à jamais trôner sur la table lathéière de Mr Bigg-Wither et l'éventualité d'une progéniture de petits Bigg-Wither, tous aussi ennuyeux que leur père, me causèrent nombre de cauchemars et suffirent à me refroidir dès le petit matin (...) l'alliance eut été brève de toute manière: je serais certainement morte d'insomine avant la fin de la semaine" !

On revient rapidement sur son enfance et l'éducation, proche de celle de ses frères, qu'elle a reçue ( si ce n'est l'absence de cours de Grec et Latin qu'elle a toujours regrettés). Cela forge une personnalité hors norme pour l'époque, où les femmes étaient cantonnées à leurs travaux de couture ou peinture et ne devaient en aucun cas se mêler des affaires des hommes.

On s'amusera de découvrir Jane brodant, pas pour longtemps cependant ! Son esprit vif fera l'admiration de ses hôtes en même temps qu'il en inquiétera d'autres. Elle est pourtant largement courtisée dans ce premier tome, ne donnant pas suite mais flattée que l'on s'intéresse à elle qui se pense sans attrait. "J'ignore ce qu'il en est d'être à la fois belle et riche; je ne dois mes conquêtes qu'à la vivacité de mon esprit, et à mon caractère enjoué, lesquels m'ont permis de vaincre bien des préventions à mon endroit. Mais quelle femme se satisferait de bonne grâce de ce genre de victoires, s'il lui faut comme moi rester célibataire, tandis que d'autres jouissent du privilège de la beauté et de la fortune ?". Il est aussi troublant de la découvrir blessée au souvenir d'un amour passé alors que nombre de remarques de la part des autres personnages, laissent penser qu'ils la pensent incapable d'avoir ressenti cela un jour.

La dimension politique, bien que n'étant pas fouillée, est intéresante et il y est question des colonies (Antilles) françaises et anglaises, des joutes que se livrent les deux pays. A ce sujet les répliques de Jane ne manquent pas de piquant :"Madame se met inévitablement à parler chiffons, s'apesantissant sur les dernières modes en matière de deuil en France- nation qui, me sen-je alors obligée de souligner, a eu plus qu'amplement l'occasion d'approfondir cet art vestimentaire grâce à Bonaparte" et vlan ! Les français menacent de lancer l'assaut depuis la Martinique, dont est originaire Joséphine, l'épouse de Bonaparte et c'est pour marquer cette dimension que l'action du roman situe l'ascendance de la famille à la Barbade.

Je n'ai pas encore suffisamment exploré les écrits de Jane Austen mais il me semble que Stephanie Barron, par un travail de documentation important et une lecture fine des oeuvres de l'auteur anglaise, a su retranscrire ses pensées.

 

Jane Austen à Scargrave Manor ,Stephanie BarronJane Austen à Scargrave Manor ,Stephanie Barron

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires mois anglais 2016
commenter cet article

commentaires

Lupa 15/06/2016 20:04

Il faut dire que Jane Austen est tellement inspirante... Tu m'as vraiment donné envie avec saga, qui plus est, contient suffisamment de tomes pour se repaître de son héroïne ^_^ Merci :)

nath 15/06/2016 21:19

ah oui, de beaux jours de lecture devant nous. Je te recommande vivement cette série

FondantGrignote 09/06/2016 06:17

Tu me donnes très envie! il va de suite dans mes favoris!

nath 09/06/2016 07:31

c'est une série que j'aime bien et que j'ai découverte à l'envers ! J'entreprends désormais de les lire en commençant par le premier et c'est vrai que cela campe bien la personnalité de Jane Austen ;) j'espère qu'il te plaira

Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • Belgravia, Julian Fellowes
    Belgravia, Julkan Fellowes, éditions J.C Lattès, 2016,420 pages Genre : historique Thèmes : famille, héritage, lignée, mariage, descendance, intrigue, société anglaise, XIXe S, Angleterre, secret de famille. Traduit de l'anglais par Valérie Rosier et...
  • Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert
    Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert, éditions Sabine Wespieser, 20a7, 287 pages Genre : historique Thèmes : shoah, exil, reconstruction, Juif, Haiti, famille L'auteur en quelques mots ... Né à Port au Prince, en Haiti ,en 1962, Louis-Philippe...
  • Le Protectorat de l'ombrelle :Sans honte, Gail Carriger
    Le Protectorat de l'ombrelle, tome 3 Sans Honte, Gail Carriger, éditions Le livre de poche, 2013, 421 pages Traduit de l'anglais par Sylvie Denis Genre : Bit lit Thèmes: séparation, mariage, complot, cabale, vampires, loups garou L'auteur en quelques...
  • Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian
    Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian, éditions City, 2015, 351 pages Genre : policier so british ! Thèmes : Whitechapel, meurtres, famille, détective Traduit de l'anglais par Hélène Tordo L'auteur en quelques mots ... Ecrivain anglais, Martin...
  • Agatha Raisin enquête, tome 5 Pour le meilleur et pour le pire, M C Beaton
    Agatha Raisin enquête, tome 5 Pour le meilleur et pour le pire, Parlez ou taisez vous à jamais, M C Beaton, éditions Albin Michel, 2017, 284 pages Genre : policier so british ! Thèmes : amour, mariage, secrets, meurtre L'auteur en quelques mots ... Retrouvez...
  • Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares
    Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares, éditions Gallimard, 2017, 336 pages Genre : récit jeunesse Thèmes : famille, divorce, adolescence, sentiments, mariage, fratrie, amour Traduit de l'anglais par Vanessa Rubio-Barreau L'auteur en quelques mots... Connue...
  • Vacances en forme de petits bonheurs #1
    En vacances les petits bonheurs sont quotidiens. Les voici rassemblés dans un billet hebdomadaire. Lundi 17 juillet : court séjour à Capbreton pour rejoindre une partie de la famille. Bien installés au camping ,on apprécie un pique nique sur la plage,...
  • Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg
    Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg, éditions Babel noir, 2009, 593 pages Genre : policier Thèmes : meurtre, enfance, famille, secrets, enquête L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie de Camilla Läckberg sur les premiers billets de la...
  • 4 days in London !
    Afin de rendre les honneurs à la ville de Londres que nous avons découverte en octobre 2015, je relance ce billet sur notre magnifique séjour. Notre retour en métropole est l'occasion de faire découvrir aux enfants des lieux que nous aimons et que nous...
  • La Compagnie des menteurs, Karen Maitland
    La Compagnie des menteurs, Karen Maitland, éditions Pocket, 2014, 664 pages Genre : thriller médiéval ,historique Thèmes : peste, Moyen âge, XIV °S, religion, fanatisme, énigme L'auteur en quelques mots ... Née en 1956 au Royaume Uni, Karen Maitland écrit...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...