Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2016 1 11 /04 /avril /2016 08:55
Le Nom de la Rose, Umberto Eco

Le Nom de la Rose, Umberto Eco, éditions Le Livre de poche, 2011, 535 pages

Genre : policier historique

Thèmes : Moyen-âge, abbaye, inquisition, enquête, bibliothèque

 

L'auteur en quelques mots ...

 

 

Le Nom de la Rose, Umberto Eco

L'histoire:

 

"En l'an de grâce et de disgrâce 1327, rien ne va plus dans la chrétienté". 

" Arrivé au terme de ma vie de pêcheur, tandis que chenu, vieilli comme le monde, dans l'attente de me perdre en l'abîme sans fond de la divinité silencieuse et déserte (...) désormais retenu par mon corps lourd et malade dans cette cellule de mon cher monastère de Melk, je m'apprête à laisser sur ce vélin témoignage des événements admirables et terribles auxquels dans ma jeunesse il me fut donné d'assister... Puisse ma main ne point trembler au moment où je m'apprête à dire tout ce qui ensuite arriva"

Entre l'autorité du pape Jean XXII et celle de l'Empereur Louis IV du Saint-Empire ,les tiraillements , complots de toutes sortes se font jour. L'enjeu est grand car le fondement théologique invoqué ( quid de la pauvreté du Christ ?) n'est qu'une façade cachant une dimension politique bien plus importante.

Dans ce contexte, Guillaume de Baskerville est envoyé avec son fidèle compagnon bénédictin Adso, dans une abbaye, afin de faire la lumière sur une mort qui éveille bien des soupçons. A peine arrivé Guillaume met ses compagnons à l'épreuve de son jugement affûté en montrant ses qualités d'observation et de déduction. C'est pour cela qu'Abbon l'a fait mander. Pourtant rapidement, une contrainte de taille freine l'enquête que s'apprête à mener Guillaume : l'accès à la bibliothèque lui est interdit.

"la bibliothèque se défend toute seule, insondable comme la vérité qu'elle héberge, trompeuse comme le mensonge qu'elle enserre. Labyrnthe spirituel, c'est aussi un labyrinthe terrestre. Vous pourriez y entrer et vous ne pourriez plus sortir"

Il faut pourtant rétablir la sécurité avant que les émissaires du Pape n'arrivent.Blasphème, torture, hérésie, l'abbaye est secouée alors que s'engage un procès en son sein et que Guillaume disserte sur les fondements de la liberté devant un auditoire médusé.

 

En vrac et au fil des pages ...

 

La Porte de l'enfer, Rodin

J'avais déjà lu Le Nom de la Rose, adolescente, alors en fac de Lettres. J'avais adoré la plume d'Umberto Eco et avais poursuivi avec le Pendule de Foucault ( que je devrais chroniquer sur le blog , tiens !).

J'ai voulu organiser une lecture commune de ce livre car il est toujours plus intéressant d'échanger au sujet d'un livre, surtout de ce type là ! Je suis ravie que les copinuates aient apprécié leur lecture et y aient vu autant de références : Luis, Nicolas, Docteur Manhattan, c'era una volta ...

 

 

J'ai donc retrouvé avec plaisir l'érudition, la fougue de l'auteur que l'on sent passionné par la période autant que ses symboles. Les descriptions sont fines et donnent véritablement à voir une abbaye telle que l'on aimerait en visiter. La description du portail m'a encore une fois, laissé une forte impression. Cela m'a rappelé la Porte de l'enfer de Rodin, que je prends plaisir à étudier avec mes élèves régulièrement. Je mettrai désormais en parallèle ce passage du Nom de la Rose avec cette porte admirable.

Umberto Eco exploite les symboles du Moyen âge et les fêtes rituelles, comme cette tradition où l'on inversait les rôles, la Fête des fous. Guillaume semble évoquer cela dans son interprétation du rêve d'Adso. Lors de cette fête on faisait ripaille, on chantait, les prêtres se livraient à des actes obscènes, le monde inversé.

Il semble que l'auteur place tous ces éléments sous le signe de ce que l'on voit, ce qui est caché, ce qui apparait dans une sorte de brume, ce qui est révélé ...

C'est aussi ce que l'on découvre dans l'abbaye, d'abord interdite pour certans lieux, comme la fameuse bibliothèque, mais que Guillaume parcourra quoiqu'il en coûte. Les non-dits, les découvertes toutes plus surprenantes les unes que les autres , font de ce roman une enquête à la Sherlock Holmes. Pourtant c'est pour moi, avant tout, un récit historique et j'aime le lire comme cela.

En effet, il me semble que nombre de lecteurs sont déçus en découvrant que le récit ne se donne pas, qu'il faut forcer la porte de l'écriture, accepter de revenir sur la lecture d'un passage pour comprendre. C'est que l'auteur est avant tout un historien, et cela se ressent fortement ici.

Ne lisez donc pas ce livre comme un récit policier, vous seriez déçu dès les premières pages !

Sept jours dans l'abbaye, rythmés par les prières, les chants, les heures détaillées en tête de chapitre nous conviant à respecter les temps forts des journées des moines, prêtres. L'on comprend dès lors que rien ne sera laissé au hasard dans ce récit, les éléments se font écho, rappellent au lecteur attentif qu'un indice lui a été donné auparavant.

Lire la préface éclaire beaucoup et donne une orientation nouvelle à la lecture. Quoiqu'il en soit, il faut prendre son temps et imaginer ce qui nous est livré. Car l'époque est sombre, on le sait et rien ne nous est épargné de l'inquisition. Cependant, la dimension philosophique, psychologique parfois, prend le dessus.

L'humour n'est jamais loin avec Guillaume de Baskerville, ce qui donne des passages truculents comme celui-ci: 

[...] - Et toi ne t'extasie pas trop sur ces châsses. Des fragments de la croix, j'en ai vu quantités d'autres, dans d'autres églises. S'ils étaient tous authentiques, Notre Seigneur n'eût pas été supplicié sur deux planches croisées, mais sur une forêt entière. 
- Maître ! dis-je scandalisé.
- Il en va ainsi Adso. Et il y a encore des trésors plus riches. Jadis, dans une cathédrale allemande, j'ai vu le crâne de Jean-Baptiste à l'âge de douze ans. 
- Vraiment ? »  m'exclamais-je tout admiratif. Puis, un doute me saisi : « Mais Jean-Baptiste fut tué à un âge plus avancé !
- L'autre crâne doit se trouver dans un autre trésor », dit Guillaume le plus sérieusement du monde. [...]" 

Guillaume est un érudit ( à l'image de l'auteur ?), aussi divers sujets sont-ils abordés et on lira avec plaisir des passages concernant les avancées scientifiques ( parfois surprenante car l'on a tendance à penser que le Moyen âge ne s'investissait pas dans ces recherches).

 

Lisez-le ! 

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article

commentaires

Pauline 25/05/2016 09:47

C'est pour ça !!! Je veux que ma lecture soit parfaite :-) Merci !

Pauline 25/05/2016 09:34

Pour des raisons personnelles et professionnelles, je n'ai pas eu le temps de me mettre dans ce livre. J'aurais donc du retard. Mais je le lis toujours dans le cadre de cette LC, cela me motive :-) J'ai très très envie de me plonger dedans en plus. Mais je ne veux pas gâcher ce moment. Je suis désolée...

Nath 25/05/2016 09:36

mais il n'y a pas de souci Pauline, l'essentiel est d'avoir envie. Tu trouveras le temps et il vaut mieux le savourer ;)

c'era una volta 03/05/2016 21:30

Maintenant qu'il est fini et que mon avis est publié, je peux enfin revenir et relire ton avis.
C'est marrant de voir ce que chacun a retenu de ce roman.
Je crois avoir été bien moins réceptive que vous à cette description du Portail, je crois qu'il y avait tant de détails qu'à force j'ai eu du mal à me la représenter. Mais cela reste un passage impressionnant du roman!
De mon côté, j'ai bien aimé la description du labyrinthe de la bibli et aussi, le passage sur les optiques de Guillaume ^^
Eco en bon sémiologue, nous a concocté un "inspecteur" Guillaume de Baskerville qui s'attache aux signes. C'était très intéressant d'essayer de suivre tout cela, de les noter parfois par anticipation, parfois à postériori. Connaissant déjà la fin de l'histoire, il fallait bien s'attacher à d'autres choses ^^

Merci encore infiniment pour m'avoir permis de me joindre à vous, merci pour le partage :)
C'era una volta

Nath 25/05/2016 09:37

et oui une relecture c'est sympa pour cela, les détails. On se donne rendez-vous dans 5 ans ? hihi !

Pauline 20/04/2016 08:18

J'ai vraiment hâte de le commencer pour la LC. Oui, je sais, toujours pas commencé, je suis dépassée par les événements en ce moment mais je suis motivée pour les semaines à venir !!!! :-) C'est ce qui compte ! Merci pour ton avis !

nath 20/04/2016 13:42

Mais oui, puis si tu le le lis pas en entier, ce n'est pas grave. Il faut essayer car c'est une belle langue et, passée la première partie assez dense, l'intrigue nous happe

c'era una volta 11/04/2016 13:37

Erudition. Mot parfait pour décrire cet auteur et son personnage principal. Le sentiment de lire et d'apprendre avec plaisir. Je redécouvre ce titre lu aussi pendant ma scolarité et j'aime, j'aime, j'aime.
J'aurais aimé rencontrer cet auteur, l'écouter parler...
C'era una volta

nath 20/04/2016 13:43

ah oui c'est mon grand regret aussi, quel homme, un personnage à lui seul

Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Articles Récents

  • Le poids des secrets, tome 1 Tsubaki, Aki Shimazaki
    Le poids des secrets, tome 1 : Tsubaki, Aki Shimazaki, éditions Babel, 1999, 115 pages Genre : contemporain Thèmes : famille, passé, amour, seconde guerre, Hiroshima, Nagasaki L'auteur en quelques mots ... Née à Gifu, au Japon, en 1954, Aki Shimazaki...
  • La Bête humaine, Emile Zola
    La Bête humaine, Emile Zola, éditions Folio classique, 1995, 501 pages Genre : classique Thèmes : amour, passion, meurtre, pulsions, machine à vapeur, ville, ouvriers, gare L'auteur en quelques mots ... Considéré comme le chef de file du naturalisme,...
  • La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami
    La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami, éditions Picquier Poche , 2009, 342 pages Genre : contemporain traduit du japonais par Elisabeth Suetsugu Thèmes : brocante, amour, objets, bonheurs, rencontres, liens L'auteur en quelques mots ... Retrouvez ma chronique...
  • Loin de la foule déchaînée, Thomas Hardy
    Loin de la foule déchainée, Thomas Hardy, éditions Archi Poche, 2015, 470 pages Genre : classique Thèmes : Angleterre, XIX°S, domaine, mariage, amour, statut social L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie de l'auteur sur le billet Deux contes...
  • La Horde du contrevent, Alain Damasio
    La Horde du contrevent, Alain Damasio, Editions La Volte, 2004, 521 pages Genre : fantasy Thèmes : vent, amitié, horde, écueils, quête, musique L'auteur en quelques mots ... Alain Damasio, né Alain Raymond, est un écrivain français de science-fiction....
  • Origami party pour le mois japonais
    Bien que le papier soit né en Chine au IIème siècle avant J.-C., on pense que la pratique régulière du pliage de papier est essentiellement d'origine japonaise et remonte au VIème siècle. Les premiers pliages étaient destinés à l'emballage des médicaments...
  • Le Maître des livres, Umiharu Shinohara
    Le Maître des livres, tome 1, Umiharu Shinohara, éditions Komikku, 2014, 188 pages Genre : manga Thèmes : lecture, enfance, bibliothèque, amitié, éveil L'auteur en quelques mots ... Dessinateur et scénariste japonais, Umiharu Shinohara ( 篠原ウミハル ) , est...
  • Éloge de l'ombre, Junichirô Tanizaki
    Eloge de l'ombre, Junichirô Tanizaki, édition POF ( Publication orientaliste de France), 1993, 110 pages traduit du japonais par René Sieffert Genre : essai Thèmes : obscurité, occidentalisme, orientalisme, moeurs, plénitude, influence L'auteur en quelques...
  • Outre-Terre, Jean Paul Kauffmann
    Outre-Terre, Jean Paul Kauffmann, éditions Folio, 2017, 359 pages Genre : récit de voyage, essai Thèmes : Russie, Napoléon, Eylau, Histoire, reconstitution L'auteur en quelques mots ... Journaliste et écrivain français, jean Paul Kauffmann est né en 1944....
  • Le Dimanche des mères, Graham Swift
    Le Dimanche des mères, Graham Swift, éditions Gallimard, collection du monde entier, 2017,142 pages Genre : historique Thèmes : aristocraties, société, Angleterre, domesticité, écrivain L'auteur en quelques mots ... Ecrivain britannique né en 1949, Graham...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...