Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 février 2016 1 22 /02 /février /2016 04:35

Cette semaine c'est Sabariscon qui nous confie une photo prise sur l'Ile Maurice, pour l'atelier d'écriture de Leiloona. J'y réponds avec plaisir car elle me rappelle bien des choses, des rencontres faites sur l'ile de la Réunion où nous vivions voilà encore quelques mois.

Ma vie, je la danse ...

Je te regarde, petite mère.

Je sais où tu te rends, ce matin, de ton pas fragile. Je connais la divinité que tu invoques, à laquelle tu te remets et que tu vénères, celle qui te fait avancer d’un pas serein.

Je te regarde, petite mère.

Voûtée mais déterminée, sous ton parapluie qui te tient lieu d’ombrelle et que tu ne cèderais pour rien au monde. Ces vœux dans ta main, serrés, sont un appel ultime, une prière pour ta fille.

Je te regarde, petite mère.

Mais toi, tu ne me vois pas. Concentrée sur ta route, tu n’as de pensée que pour celle qui t’exaucera, donnera à ton enfant une conscience juste de sa place. Sa place de femme. C’est pourtant toi, petite mère, qui m’a inculqué ce que je suis, cette volonté d’avancer sans baisser le regard, cet espoir dont tu portes haut les couleurs. Toujours, auprès de toi, j’ai baigné dans une mouvance chatoyante. Tu m’as laissé croire que la femme évoluait ainsi, de sari en sari, et tes yeux de velours m’ont protégée de ce que je ne devais pas voir. Pas encore.

Je te regarde, petite mère.

Une dernière fois, avant de partir, je veux embrasser tes paupières, t’admirer dans ton sari bleu. Tu évoques pour moi Lalleshvari, sainte poétesse, pleine de dévotion. Lalla, ma petite mère, tu as su garder ta dignité au sein d’une société patriarcale que tu as acceptée. Pour moi tu as franchi bien des obstacles, portée par un incommensurable amour. Tu as fait de moi ce que je suis. N’en aies pas honte, petite mère, car l’amour qui vibre en moi est infini.

Regarde-moi, petite mère.

Je ne serai pas de celles qui acceptent. Je ne renonce pas mais je ne peux mener à bien mon émancipation à tes côtés. Je pars pour me trouver. Je m’éloigne pour mieux te retrouver. Tu sais cela, petite mère, je le lis au fond de tes yeux. Et si les quelques rides qui impriment ton front d’une sourde inquiétude me disent combien tu as peur pour moi, sache que je ne crains le courroux d’aucun père, d’aucun homme, d’aucune belle-mère en ce monde.

Retourne-toi, petite mère.

Bientôt nos sourires se répondront. J'ai fait un choix dont tu n'as pas à porter le poids. Ma vie, je la danse, en souvenir des Dipavali où nous nous étreignions dans la douce clarté d'une fête de lumlère.

Attends-moi, petite mère.

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans atelier d'écriture
commenter cet article

commentaires

Nady 24/02/2016 22:34

une douce lettre d'une fille sa mère ! Deux destins qui ne se ressembleront pas par la seule volonté de la fille courageuse ! Quelle force, quel amour entre ces 2 femmes dans tes mots ! Merci !

nath 24/02/2016 22:36

merci Nady d'avoir ressenti cela

nimentrix 23/02/2016 09:32

Joliment écrit et parfaitement rythmé. Et une merveilleuse sincérité dans les paroles de cette fille à sa mère. Emu.

Nath 23/02/2016 10:04

Oh,touchée!

Benedicte D. 22/02/2016 23:16

Quel beau texte sur la transmission.....J'aime cette mère qui accompagne de ses prières sa fille vers une vie qu'elle espère plus libre que la sienne.....J'aime aussi le rythme donné au recit par ton écriture...

Nath 23/02/2016 07:54

Merci Benedicte de ton passage,cela fait plaisir

Claude 22/02/2016 21:45

C'est un superbe hommage. Plein de sensibilité et d'émotion. Et magnifiquement réalisé. Bravo.

Nath 22/02/2016 22:06

merci claude, je suis ravie que l'émotion passe à travers ces mots

Stephie 22/02/2016 21:40

Bravo et quelle belle phrase refrain. J'aime vraiment beaucoup !

Nath 22/02/2016 22:05

c'est très gentil stephie, merci, je suis contente que cela te plaise

Leiloona 22/02/2016 14:07

Superbement réussi ... on y est avec elles, là ... Le refrain "petite mère" est là à la fois comme une rythme entêtant mais aussi terriblement attachant. Pas si petite que ça finalement, hum. :)

nath 22/02/2016 15:19

contente que l'émotion soit passée ;)

Sabine 22/02/2016 11:33

J'aime le portrait de cette petite mère, l'amour qui émane de sa fille, le rythme du texte. Belle réussiste! Bravo!

nath 22/02/2016 12:08

merci Sabine, la photo portait, je trouve, une certaine tristesse ...

Albertine 22/02/2016 11:23

Prendre son envol peut être difficile ! Beau texte sur l'émancipation des femmes.

nath 22/02/2016 12:08

un petit message pour les nouvelles générations, qui sait

Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares
    Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares, éditions Gallimard, 2017, 336 pages Genre : récit jeunesse Thèmes : famille, divorce, adolescence, sentiments, mariage, fratrie, amour Traduit de l'anglais par Vanessa Rubio-Barreau L'auteur en quelques mots... Connue...
  • Vacances en forme de petits bonheurs #1
    En vacances les petits bonheurs sont quotidiens. Les voici rassemblés dans un billet hebdomadaire. Lundi 17 juillet : court séjour à Capbreton pour rejoindre une partie de la famille. Bien installés au camping ,on apprécie un pique nique sur la plage,...
  • Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg
    Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg, éditions Babel noir, 2009, 593 pages Genre : policier Thèmes : meurtre, enfance, famille, secrets, enquête L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie de Camilla Läckberg sur les premiers billets de la...
  • 4 days in London !
    Afin de rendre les honneurs à la ville de Londres que nous avons découverte en octobre 2015, je relance ce billet sur notre magnifique séjour. Notre retour en métropole est l'occasion de faire découvrir aux enfants des lieux que nous aimons et que nous...
  • La Compagnie des menteurs, Karen Maitland
    La Compagnie des menteurs, Karen Maitland, éditions Pocket, 2014, 664 pages Genre : thriller médiéval ,historique Thèmes : peste, Moyen âge, XIV °S, religion, fanatisme, énigme L'auteur en quelques mots ... Née en 1956 au Royaume Uni, Karen Maitland écrit...
  • Agatha Raisin enquête, tome 3 : Pas de pot pour la jardinière
    Agatha Raisin enquête, tome 3, Pas de pot pour la jardinière, M.C Beaton, éditions Albin Michel, 2016, 246 pages Genre : policier so british ! Thèmes : jardinage, meurtre, jalousie, enquête L'auteur en quelques mots Retrouvez la biographie de M.C Beaton...
  • Juin : le mois anglais sur les blogs !
    C'est avec plaisir que je renouvelle ma participation au mois anglais, organisé par Lou et Cryssilda. L'occasion de dépoussiérer le blog qui n'a pas vu d'article depuis fort longtemps, travail oblige ;) Pour le plaisir des sens donc : 1er juin : "Un jour"...
  • Le poids des secrets, tome 1 Tsubaki, Aki Shimazaki
    Le poids des secrets, tome 1 : Tsubaki, Aki Shimazaki, éditions Babel, 1999, 115 pages Genre : contemporain Thèmes : famille, passé, amour, seconde guerre, Hiroshima, Nagasaki L'auteur en quelques mots ... Née à Gifu, au Japon, en 1954, Aki Shimazaki...
  • La Bête humaine, Emile Zola
    La Bête humaine, Emile Zola, éditions Folio classique, 1995, 501 pages Genre : classique Thèmes : amour, passion, meurtre, pulsions, machine à vapeur, ville, ouvriers, gare L'auteur en quelques mots ... Considéré comme le chef de file du naturalisme,...
  • La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami
    La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami, éditions Picquier Poche , 2009, 342 pages Genre : contemporain traduit du japonais par Elisabeth Suetsugu Thèmes : brocante, amour, objets, bonheurs, rencontres, liens L'auteur en quelques mots ... Retrouvez ma chronique...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...