Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 décembre 2015 3 23 /12 /décembre /2015 11:08
Et tout ce qui reste est pour toi, Xu Xing

Et tout ce qui reste est pour toi, Xu Xing, éditions de L'Olivier, 2003, 218 pages

Traduit par Sylvie Gentil

Genre : récit

Thèmes : Chine, Tibet, Europe, intégration, politique

 

L'auteur en quelques mots ...

 

 « Je suis né en 1956, à Pékin. La Révolution Culturelle a débuté en 1966, et en 1967 mes parents ont été déportés, mon père au Hebei, où il a été interné, et ma mère dans les montagnes du Gansu. C’est comme cela que j’ai commencé, à l’âge de 11 ans, à vivre seul. Ma mère, avant de partir, avait convenu avec un restaurateur de notre quartier, qu’elle lui enverrait chaque mois une partie de sa paye pour qu’il me nourrisse. Lorsque je repense à ces années, j’ai le souvenir d’une grande souffrance, d’une grande solitude. J’étais trop petit. Mais avec l’âge, cette expérience est devenue une richesse.(…) J’ai entamé mon premier voyage à onze ou douze ans, pour aller voir ma mère. Cela a été une véritable épreuve, je me souviens de la misère, de la faim. Mais ce voyage a été une expérience déterminante dans ma vie : je l’ai refait par la suite chaque année, et voyager est devenu dès lors une sorte de drogue. Ma scolarité, quant à elle, était plutôt chaotique. (…) J’ai connu mon premier amour en 1972 ou 73 : pour la première fois de ma vie, j’ai écrit une lettre à une fille, dans laquelle je vantais mes exploits sur les routes ; je concluais sur quelques doutes personnels quant à la Révolution Culturelle. La fille a été prise de panique. Elle a fait lire ma lettre à sa meilleure amie, et elles ont pris la décision de la remettre à leur professeur de politique, qui appartenait à la police. J’ai été emprisonné pendant quarante jours. J’avais 16 ans." source http://jelct.blogspot.fr/2009/10/lasie-des-ecritures-croisees-03.html

Et tout ce qui reste est pour toi est son premier roman.

 

L'histoire

 

Le narrateur et son ami Xi ong ont déjà parcouru la moitié de la Chine a vélo, ce qui a donné à Xi Yong des envies d'évasion, d'ailleurs. Entretenant une correspondance avec sa tante qui vit en Allemagne, il propose de la rejoindre pour travailler dans son restaurant.Mais la tante se révèle autoritaire et Xi Yong n'a plus qu'une envie, faire venir son ami d'enfance auprès de lui.

Sans argent, le narrateur se décrit comme "élément oisif de la société", "cela faisait plus de vingt ans que je n'avais pas de source de revenu normale. Mon indigence ne prenait pas une ride, parée des chatoyantes couleurs de la politique de réforme et d'ouverture, ..". Il faut dire que , même s'il ne fait pas d'effort, ce qu'il reconnait avec humour, son pays ne lui propose que chômage et famine depuis des années.

Avant de rejoindre Xi Yong en Allemagne, il passera par le Tibet, au gré de rencontres, se laissant porter par les événements et les possibilités. De retour en Chine, au lendemain du 4 juin 1989, il trouve un pays en effervescence, marqué par la contestation et décide de rejoindre son ami, du côté Est-Allemand. Là, l'idée que lui renvoient les jeunes allemands de son pays est faussée par leur représentation de Mao . Mais ce qu'il veut voir , lui, c'est la vieille Europe.

Lui tendra-t-elle les bras ?

 

En vrac et au fil des pages ...

 

Surprenante lecture qui nous convie à marcher aux côtés d'un garçon passif, qui se laisse porter, ne cherche pas vraiment à travailler et, de rencontre en rencontre, finit par visiter diverses contrées. Ce qui m'a semblé interressant est le regard qu'il porte sur son pays, la Chine.Autant dire un regard sans concession sur l'évolution de la Chine qui ne fait rien pour ses "indigents".

L'occident apparait comme un Eldorado dans lequel il est possible de trouver du travail, pourtant les épreuves qui l'attendent, le contexte politique ne lui permettent pas de s'épanouir à l'étranger, et c'est aussi pauvre qu'il est parti qu'il retourne chez lui. Xu Xing dit dans une interview: "Les idées de beaucoup d'Européens sur la Chine me paraissent le fruit d'une propagande incroyable."

C'est un constat pessimiste qu'il dresse d'ailleurs à la fin du roman, comparant l'humanité à une masse grouillante et puante.Peu s'espoir de voir changer son pays et il nous laisse sur cette note désabusée. Finalement si tout ce qui reste est pour nous, nous n'avons pas grand chose et c'est bien le message que voulait faire passer l'auteur.

C'est un récit amer qui vaut le coup d'être lu. j'ai retrouvé dans son écriture un peu de Kenzaburo Oe, sans doute à cause de la désillusion qui porte le récit.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article

commentaires

Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • Harry, sorcellerie et gourmandises !
    Halloween approche et ,avec lui, les idées germent. Que mangera-t-on ? Quelle formes horrrifiques ou magiques prendra l'apéritif ? Et le dessert ? Aujourd'hui je ne cuisine pas mais je fais le tour des blogs pour dénicher quelques pépites ! Chez Lou et...
  • Le Livre perdu des sortilèges, Deborah Harkness
    Le Livre perdu des sortilèges, Déborah Harkness, éditions Le Livre de poche, 2012, 832 pages Traduit de l'anglais par Pascal Loubet Genre ; fantastique Thèmes : sorcellerie, vampires, démons, sorcières, amour, héritage, magie L'auteur en quelques mots...
  • Miss Peregrine et les enfants particuliers, Ransom Riggs
    Miss Peregrine et les enfants particuliers, Ransom Riggs, éditions Bayard jeunesse, 2012, 432 pages traduit de l'anglais par Sidonie Van Den Dries Genre : jeunesse fantastique Thèmes : seconde guerre mondiale, enfance, déportation, souvenirs, fantastique,...
  • Tarte potimarron et noix de pécan
    Cette semaine, pourvu que ce soit à base de courge, toutes nos recettes peuvent entrer dans le challenge de Lou et Hilde. Pour nous ce sera une Pumpkin Pie avec quelques petites modifications de la recette originale. Les ingrédients : 600 gr de potimarron...
  • Petits bonheurs # 6 Retour sur les petits bonheurs de fin d'été
    Petit rendez-vous de partage, délectation et autres petits bonheurs ! Cet été nous avons acheté une maison et commencé les travaux. Pas le temps de publier quoi que ce soit, mais j'ai tout de même pris des photos de notre jardin fruitier et des réalisations...
  • Mes challenges d'automne, c'est parti !
    Premier billet en guise d'ouverture des challenges d'automne. Aujourd'hui pas d'épouvante ou de sorcellerie ! Bientôt, bientôt ! Juste des couleurs ,des senteurs, qui représentent ce que j'aime dans l'automne. Cette année nous avons la chance de vivre...
  • Challenge Halloween 2017
    Lou et Hilde sont de retour pour le challenge d'automne qu'on ne rate jamais : le challenge Halloween ! Souvenirs des années précédentes : - challenge halloween 2016 - challenge halloween 2015 Quelles surprises les filles nous réservent-elles cette année...
  • Le Pumpkin Autumn Challenge 
    Nouveau blog, nouveau challenge ! Chez Guimause, que je viens de découvrir, on organise un challenge d'automne selon trois formules (merci à PatiVore qui a relayé ce challenge) : Le Pumpkin Autumn Challenge débutera le 1er septembre et s’étendra jusqu’au...
  • Le Miroir et autres nouvelles fantastiques, Edith Wharton
    Le Miroir et autres nouvelles fantastiques, Edith Wharton, éditions Folio, 2011, 84 pages Genre : nouvelles Thèmes : spiritisme, fantôme, au-delà L'auteur en quelques mots ... De son véritable nom Edith Newbold Jones, Edith Wharton est née en 1862 et...
  • Qui es-tu Alaska ? John Green
    Qui es-tu Alaska ? John Green, éditions Gallimard jeunesse, pôle fiction, 2011, 402 pages Traduit par Catherine Gibert Genre : drame, jeunesse Thèmes : amitié, solitude, adolescence, littérature, souvenirs, résilience L'auteur en quelques mots ... Né...

Je papote aussi sur...

 

je dois encore chroniquer ...