Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2015 7 01 /11 /novembre /2015 09:40
La Terre qui penche, Carole Martinez

La Terre qui penche, Carole Martinez, éditions Gallimard, 2015, 366 pages

Genre : roman

Thèmes :enfance, vieillesse, XV°S, famine, peste, destin, domaine des Murmures

 

L'auteur en quelques mots ...

Retrouvez la biographie de Carole Martinez sur le précédent billet : Du Domaine des murmures

L'histoire :

" A tes côtés je m'émerveille.

Blottie dans mon ombre, tu partages ma couche.

Tu dors, ô mon enfance,

Et, pour l'éternité, dans la tombe, je veille. (...)"

 

La vieille âme se souvient. Tout a commencé alors que la Loue s'était muée en miroir, que plus rien ne bougeait. Tous les habitants, envoûtés par leur propre image, se sont approchés, n'ont pas vu le danger de la rivière en crue. "La vague a rugi sa rage jusqu'à Ornans, emportant tout sur son passage sans distinction aucune". Dès lors la Loue a été perçue comme monstrueuse, dévoreuse. Puis peu à peu, le monde est retourné à sa vie, à l'oubli. Pourquoi alors la vieille âme ne parvient-elle pas à oublier, elle, alors qu'elle a quitté ce monde la veille de la crue ?

" Nous sommes mortes à douze ans et, depuis, j'ai vieilli infiniment, à regarder le monde sans en être" déclare-t-elle à la petite fille.

Mais cette petite fille est pleine de vie, elle qui parle dans son sommeil, ne peut rien cacher à personne et redoute le diable filou qui s'insinue dans les têtes. Elle veut lire, apprendre, a soif de savoir. Son père pourtant ne l'entend pas de cette oreille et redoute l'érudition des femmes. Fille de seigneur, elle est destinée à une autre terre. Aussi ce matin -là l'amène-t-on, loin de chez elle. Que lui veut-on ? L'immoler pour contrer la peste noire qui a ravagé la région ? La remettre au diable, la sacrifier ?

Au domaine des Murmures elle rencontrera pourtant ceux qui vont changer son destin. "Le fils du diable est un enfant musicien au genou couronné" et Blanche, car c'est son nom, demeure éperdue de ce regard à moitié fou. C'est Aymon qui l'accompagnera dans cette quête d'identité, lui aussi qui lui montrera comment apprivoiser la Loue, majestueuse et vorace à la fois.

Alors que le danger est au coeur de leur vie et prend des formes surprenantes, la petite fille qu'elle est ne comprend pas toujours les adultes, leurs réactions, leurs pulsions violentes. La vieille âme qui l'accompagne se souvient ... Mais qu'a-t-elle réellement gardé en mémoire ?

 

En vrac et au fil des pages ...

 

j'ai été surprise par l'écriture poétique, lyrique , de ce récit. Puis, emportée par le rythme impulsé à l'histoire par la polyphonie, je me suis laissée bercer par un récit poignant dont on découvre les détails au fil des pages.

ici le personnage principal n'est pas , à mon sens, la petite fille, ni la vieille âme. c'est la rivière, la Loue, autour de laquelle convergent tous les destins. Impitoyable et douce à la fois, elle devient une fée, un monstre. L'auteur emprunte à la mythologie l'apparence, les légendes et profite du langage naif de la petite fille pour souligner l'innocence et le défaut de mémoire.

Ainsi on part du principe que la petite fille est morte très jeune, puisque la vielle âme nous le révèle dès les premières pages. Le lecteur veut savoir pourquoi, attend d'apprendre ce qui s'est passé, suit les divagations de la jeune fille et de son pendant, la vieille âme et ne peut se fier qu'à leurs seuls souvenirs.

Les pratiques moyenâgeuses ne surprennent pas mais l'on est horrifié des violences, des pulsions de certains personnages, dont cet homme à la fois doux et atroce, Bouc. Les non-dits, les sous-entendus font travailler l'imagination et nous emportent au-delà de la simple description.

Là encore c'est l'écriture qui porte l'histoire, peut géner au départ mais s'avère finalement efficace comme support. On entre par ce biais dans l'esprit de la jeune fille, de la vieille âme. L'envolée poétique mime aussi la rivière, l'univers féérique qui l'entoure. Parallèlement, la réalité de la société dans laquelle tous évoluent, frappe par sa dureté : la peste, les crues, la famine sont les fléaux de chaque instant sur cette terre qui penche. Mais le lecteur doit faire l'effort de lire entre les lignes car les personnages ne révèleront, à travers un discours subjectif forcément biaisé, que ce qu'ils ont ressenti et vécu. C'est là la démarche qui fait l'originalité du roman : ce que l'on nous révèle , est-ce la vérité ?

Le dialogue entre les deux facettes de Blanche permet de revenir sur l'enfance, d'en retrouver la pureté, la naiveté.Toutes deux reviennent sur cet épisode qui a conduit Blanche vers un mariage arrangé avec un jeune homme différent, un peu simple d'esprit, un peu innocent comme l'on disait alors.

La révélation finale surprend, mais je ne peux en dire plus.

Ce roman peut se lire indépendamment du Domaine des Murmures bien que l'action se déroule en ce même lieu, quelques siècles plus tard.

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article

commentaires

A-Little-Bit-Dramatic 27/11/2015 15:00

Je le note ! ! J'avais beaucoup aimé Du Domaine des Murmures, je pense que celui-là pourrait me plaire tout aussi bien. ^^ Et j'aime toujours autant les titres de Carole Martinez, qui ont le don d'attirer l'attention.

nath 27/11/2015 15:29

c'est vrai, moi c'est son écriture que j'aime bien, toujours assez risquée

Léa Touch Book 06/11/2015 21:45

J'adore cette auteure et j'ai beaucoup aimé son nouveau livre :)

nath 07/11/2015 05:52

je me demande si elle changera de style pour le prochain

Jostein 02/11/2015 07:38

Une auteure que j'aime beaucoup et une fois de plus, un superbe roman

nath 02/11/2015 07:44

c'est vrai, c'est une écriture qui me touche

Pauline 01/11/2015 15:34

J'ai découvert Carole Martinez avec Du domaine des murmures. Quelle surprise! Et celui-ci est aussi beau et captivant. J'adore ce qui se cache derrière ces bien tristes couvertures Gallimard. Et je lirai bientôt Le cœur cousu.

nath 01/11/2015 15:43

oui il faut reconnaitre que les couvertures ne font pas envie ! J'aime beaucoup cette auteur et compte bien lire ses autres oeuvres

Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Articles Récents

  • 4 days in London !
    Afin de rendre les honneurs à la ville de Londres que nous avons découverte en octobre 2015, je relance ce billet sur notre magnifique séjour. Notre retour en métropole est l'occasion de faire découvrir aux enfants des lieux que nous aimons et que nous...
  • La Compagnie des menteurs, Karen Maitland
    La Compagnie des menteurs, Karen Maitland, éditions Pocket, 2014, 664 pages Genre : thriller médiéval ,historique Thèmes : peste, Moyen âge, XIV °S, religion, fanatisme, énigme L'auteur en quelques mots ... Née en 1956 au Royaume Uni, Karen Maitland écrit...
  • Agatha Raisin enquête, tome 3 : Pas de pot pour la jardinière
    Agatha Raisin enquête, tome 3, Pas de pot pour la jardinière, M.C Beaton, éditions Albin Michel, 2016, 246 pages Genre : policier so british ! Thèmes : jardinage, meurtre, jalousie, enquête L'auteur en quelques mots Retrouvez la biographie de M.C Beaton...
  • Juin : le mois anglais sur les blogs !
    C'est avec plaisir que je renouvelle ma participation au mois anglais, organisé par Lou et Cryssilda. L'occasion de dépoussiérer le blog qui n'a pas vu d'article depuis fort longtemps, travail oblige ;) Pour le plaisir des sens donc : 1er juin : "Un jour"...
  • Le poids des secrets, tome 1 Tsubaki, Aki Shimazaki
    Le poids des secrets, tome 1 : Tsubaki, Aki Shimazaki, éditions Babel, 1999, 115 pages Genre : contemporain Thèmes : famille, passé, amour, seconde guerre, Hiroshima, Nagasaki L'auteur en quelques mots ... Née à Gifu, au Japon, en 1954, Aki Shimazaki...
  • La Bête humaine, Emile Zola
    La Bête humaine, Emile Zola, éditions Folio classique, 1995, 501 pages Genre : classique Thèmes : amour, passion, meurtre, pulsions, machine à vapeur, ville, ouvriers, gare L'auteur en quelques mots ... Considéré comme le chef de file du naturalisme,...
  • La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami
    La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami, éditions Picquier Poche , 2009, 342 pages Genre : contemporain traduit du japonais par Elisabeth Suetsugu Thèmes : brocante, amour, objets, bonheurs, rencontres, liens L'auteur en quelques mots ... Retrouvez ma chronique...
  • Loin de la foule déchaînée, Thomas Hardy
    Loin de la foule déchainée, Thomas Hardy, éditions Archi Poche, 2015, 470 pages Genre : classique Thèmes : Angleterre, XIX°S, domaine, mariage, amour, statut social L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie de l'auteur sur le billet Deux contes...
  • La Horde du contrevent, Alain Damasio
    La Horde du contrevent, Alain Damasio, Editions La Volte, 2004, 521 pages Genre : fantasy Thèmes : vent, amitié, horde, écueils, quête, musique L'auteur en quelques mots ... Alain Damasio, né Alain Raymond, est un écrivain français de science-fiction....
  • Origami party pour le mois japonais
    Bien que le papier soit né en Chine au IIème siècle avant J.-C., on pense que la pratique régulière du pliage de papier est essentiellement d'origine japonaise et remonte au VIème siècle. Les premiers pliages étaient destinés à l'emballage des médicaments...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...