Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2015 6 06 /06 /juin /2015 06:34
Trois guinées, Virginia Woolf

Trois guinées, Virginia Woolf, éditions 10/18, 2002, 286 pages

Genre : essai

Thèmes : société, rapports hommes/femmes, condition féminine, guerre

 

L'auteur en quelques mots ...

Virginia Woolf (Adeline Virginia Alexandra Stephen  janvier 1882 -  mars 1941) est une femme de lettres anglaise, l'un des principaux auteurs modernistes du xxe siècle, et une féministe.

Pendant l'entre-deux-guerres, elle fut une figure marquante de la société littéraire londonienne et un membre central du Bloomsbury Group, qui réunissait des écrivains, artistes et philosophes anglais. Les romans Mrs Dalloway (1925), La Promenade au phare (1927) et Orlando (1928), ainsi que l'essai Une chambre à soi (1929) demeurent parmi ses écrits les plus célèbres.

Woolf souffrait d'importants troubles mentaux et présentait tous les signes de ce qu'on nomme aujourd'hui « trouble bipolaire » ; en 1941, à l'âge de 59 ans, elle se suicida par noyade dans la River Ouse, près de Monk's House, dans le village de Rodmell, où elle vivait avec son mari Leonard Woolf.

 

L'histoire :

 

Prenant pour cadre une correspondance, Virginia Woolf entreprend de répondre à la question qu'un homme lui a posée : comment éviter la guerre ? Sous couvert de répondre à cette interrogation qui, en effet, préoccupe les hommes en cette période, l'auteur ausculte avec minutie la société dans laquelle elle vit et décortique les différences entre hommes et femmes, de l'éducation aux droits et privilèges qui en découlent.

Parmi les femmes des années 30, elle perçoit les "filles d'hommes cultivés" comme inférieures car "si toutes les filles d'hommes cultivés se mettaient en grève demain, cela ne changerait rien d'essentiel à la vie de la communauté ou à la conduite de la guerre". De là à penser que ces femmes serviles ne possèdent aucun pouvoir, il n'y a qu'un pas, que Virginia Woolf franchit en évoquant l'influence qu'une femme peut avoir sur son époux, son père. Une cause leur a tenu à coeur : le droit de vote, obtenu de haute lutte. Mais là encore, l'exemple ne sert qu'à montrer les difficultés à obtenir quoique ce soit si l'on n'est pas fortunée.

Certes, l'émancipation par le travail fut une victoire pour ces femmes, jusqu'alors contraintes de réclamer l'argent nécessaire, à leur père ou leur époux. Cependant, ici, éclate aux yeux la différence entre hommes et femmes." Jusqu'en 1919, une seule carrière nous était ouverte : le mariage"

Passant en revue les différences notables entre les deux sexes depuis les droits acquis par les femmes, très récents ( accès à l'université) . Les hommes s'imposent et imposent (possession masculine du capital, des terres). Les femmes, fautes de moyens ou d'avoir reçu la même éducation, ne peuvent rivaliser, traiter d'égal à égal. Comment dans ce cas participer à lutter contre la guerre ?

 

En vrac et au fil des pages ... 

 

Constat désabusé mais aussi critique de la société masculine, aveuglée parfois par la politique. Critique du formatage des filles, réduites à admirer ces messieurs, à se sacrifier pour un frère qui, lui, accèdera à une profession qui leur est interdite, en vertu d'un vieux précepte de l'église peut-être : "On m'enseigne que le désir d'apprendre allait, chez les femmes, contre la volonté de Dieu". Cet essai à le mérite de ne pas se voiler la face.

J'ai apprécié cet essai surprenant qui nous plonge au coeur d'une époque que l'on ne connait que de loin, rarement perçu du point de vue d'une femme, qui plus est un auteur qui cotoie ces hommes dont elle parle, fréquente des milieux masculins et peut donc juger. On apprécie en tant que lecteur les romans qui se déroulent à cette époque ( je pense à Anne Perry par exemple qui décrit si bien ce milieux de l'aristocratie dans lequel les femmes sont un peu potiches), mais le découvrir à travers un témoignage est bien différent.

Virginia Woolf convoque alors des femmes célèbres qui ont oeuvré pour la condition féminine : Mary Kingsley, Elizabeth Haldane, Helena Normanton ...

Les réflexions qui sont menées sont lourdes de conséquences mais prouvent bien que , malgré le manque d'éducation ou l'infériorité de leur condition, les femmes étaient lucides : "La seule chose que les femmes puissent faire dans tous les pays pour éviter la guerre, c'est d'arrêter la production de chair à canon" H Normanton. La baisse de la natalité dans les milieux cultivés à cette époque tend à prouver que les femmes ont souvent suivi ce précepte.

Je vous livre pour finir une remarque qui fera bondir les dames : " On ne peut attendre des femmes qu'elles renoncent à un trait essentiel de leur féminité ou qu'elles abandonnent l'une des consolations offertes par la Nature pour compenser un handicap insurmontable et permanent. S'habiller repésente, après tout, l'un des principaux moyens qu'ont les femmes de s'exprimer..." juge Mac Cardie.

 

Le mois anglais chez Titine

 

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article

commentaires

Anis 07/06/2015 18:02

J'ai beaucoup aimé cet essai et j'avoue que j'adore la Virginia Woolf essayiste.

nath 08/06/2015 14:42

oui cela change et ici elle ose critiquer ouvertement tout en ménageant son interlocuteur

jerome 07/06/2015 08:53

Jamais lu Virginia Woolf, je suis plein d'à priori, tu le sais bien, et je me suis toujours dit que son écriture me ferait mourir d'ennui. Sans doute à tort, évidemment ;)

nath 08/06/2015 14:43

ah ben là pour le coup on ne meurt pas d'ennui ! une pointe d'humour car ce qu'elle énonce est fort juste mais elle le tourne de façon à ce qu'on sache bien qu'elle est femme, qu'elle revendique une place mais qu'elle regrette l'éducation qui stigmatise

Titine 06/06/2015 22:34

Virginia Woolf défend toujours ardemment et judicieuse la place de la femme dans la société et dans le couple. Ses réflexions sont remarquables.

nath 08/06/2015 14:43

ici les flèches sont bien décochées !

Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • Belgravia, Julian Fellowes
    Belgravia, Julkan Fellowes, éditions J.C Lattès, 2016,420 pages Genre : historique Thèmes : famille, héritage, lignée, mariage, descendance, intrigue, société anglaise, XIXe S, Angleterre, secret de famille. Traduit de l'anglais par Valérie Rosier et...
  • Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert
    Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert, éditions Sabine Wespieser, 20a7, 287 pages Genre : historique Thèmes : shoah, exil, reconstruction, Juif, Haiti, famille L'auteur en quelques mots ... Né à Port au Prince, en Haiti ,en 1962, Louis-Philippe...
  • Le Protectorat de l'ombrelle :Sans honte, Gail Carriger
    Le Protectorat de l'ombrelle, tome 3 Sans Honte, Gail Carriger, éditions Le livre de poche, 2013, 421 pages Traduit de l'anglais par Sylvie Denis Genre : Bit lit Thèmes: séparation, mariage, complot, cabale, vampires, loups garou L'auteur en quelques...
  • Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian
    Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian, éditions City, 2015, 351 pages Genre : policier so british ! Thèmes : Whitechapel, meurtres, famille, détective Traduit de l'anglais par Hélène Tordo L'auteur en quelques mots ... Ecrivain anglais, Martin...
  • Agatha Raisin enquête, tome 5 Pour le meilleur et pour le pire, M C Beaton
    Agatha Raisin enquête, tome 5 Pour le meilleur et pour le pire, Parlez ou taisez vous à jamais, M C Beaton, éditions Albin Michel, 2017, 284 pages Genre : policier so british ! Thèmes : amour, mariage, secrets, meurtre L'auteur en quelques mots ... Retrouvez...
  • Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares
    Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares, éditions Gallimard, 2017, 336 pages Genre : récit jeunesse Thèmes : famille, divorce, adolescence, sentiments, mariage, fratrie, amour Traduit de l'anglais par Vanessa Rubio-Barreau L'auteur en quelques mots... Connue...
  • Vacances en forme de petits bonheurs #1
    En vacances les petits bonheurs sont quotidiens. Les voici rassemblés dans un billet hebdomadaire. Lundi 17 juillet : court séjour à Capbreton pour rejoindre une partie de la famille. Bien installés au camping ,on apprécie un pique nique sur la plage,...
  • Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg
    Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg, éditions Babel noir, 2009, 593 pages Genre : policier Thèmes : meurtre, enfance, famille, secrets, enquête L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie de Camilla Läckberg sur les premiers billets de la...
  • 4 days in London !
    Afin de rendre les honneurs à la ville de Londres que nous avons découverte en octobre 2015, je relance ce billet sur notre magnifique séjour. Notre retour en métropole est l'occasion de faire découvrir aux enfants des lieux que nous aimons et que nous...
  • La Compagnie des menteurs, Karen Maitland
    La Compagnie des menteurs, Karen Maitland, éditions Pocket, 2014, 664 pages Genre : thriller médiéval ,historique Thèmes : peste, Moyen âge, XIV °S, religion, fanatisme, énigme L'auteur en quelques mots ... Née en 1956 au Royaume Uni, Karen Maitland écrit...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...