Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juin 2015 4 11 /06 /juin /2015 02:59
La Dame du manoir de Wildfell Hall

La Dame du manoir de Wildfell Hall, Anne Brontë, éditions Archipoche, 2012, 564 pages

Genre : roman

Thèmes : XIX°S, condition de la femme, mariage

 

L'auteur en quelques mots ...

 

Fille d'un pasteur anglican, Anne Brontë est née en 1820 dans le Yorkshire. Elle passe sa jeunesse au presbytère avec son frère et ses soeurs ainées, Emily et Charlotte. De ses années de gouvernante elle garde un souvenir marquant que l'on retrouve dans Agnès Grey. Elle meurt en 1849 de la tuberculose, peu de temps après son frère Branwell et sa soeur Emily.

C'est la déchéance de son frère qui lui a inspiré La Dame du manoir de Wildfell Hall, publié en 1848 sous le pseudonyme d'Acton Bell. Elle que l'on décrivait comme la plus douce et la plus religieuse de la fratrie, souligne ici combien la proximité de cette épreuve l'a bouleversée et marquée.

 

L'histoire

 

"Remontons si tu le veux bien à l'automne 1827". Ecrivant à son ami Halford, Gilbert Markham lui fait part de ses tourments depuis l'arrivée au manoir de Wildfell Hall de Mrs Grisham et son tout jeune fils Arthur. Il faut dire que la jeune femme a de quoi intriguer : sans époux, elle semble vivre recluse dans cette vieille demeure sans confort, vivant de la vente de ses tableaux.

Aussitôt les femmes du village, à commencer par la propre famille de Gilbert, se livrent à des suppositions qui ne tardent pas à se transformer en rumeurs à l'encontre d'Helen Grisham. Cette dernière, invitée dans la famille, se montre intransigeante sur l'éducation de son fils, qu'elle souhaite éloigner des tentations et vices qui dirigent les hommes. Ce faisant elle se met à dos le pasteur et alimente les on-dit. Comment une femme seule ose-t-elle proférer un discours aussi dur envers les hommes, protéger à outrance son fils, alors qu'il doit au contraire se confronter à la dure réalité de la vie ?

De là à penser qu'elle dissimule un secret, il n'y a qu'un pas, que franchissent les demoiselles de son entourage en lui élaborant une réputation des plus inconvenantes.

Gilbert, quant à lui, tout d'abord peu attiré par cette femme aux idées bien arrêtées, se laisse happer par sa personnalité et son érudition. Eliza Millward, qu'il courtisait jusqu'alors, lui apparait soudain bien fade et conspiratrice. Rapidement des sentiments naissent entre eux, que Mrs Grisham étouffe vite. Désormais, Gilbert n'aura de cesse de comprendre les raisons de cette attitude distante.

 

En vrac et au fil des pages ...

 

Je dois dire que ce roman ne laisse pas insensible. Que de fois j'ai eu envie de gifler ces personnages, les secouer un peu ! Au-delà de l'avant-gardisme passionnant de l'oeuvre, les circonvolutions de Gilbert et Helen, bien que révélateurs d'une époque, agacent. Mais c'est aussi le charme des romans victoriens où les sentiments sont passionnés, font se pâmer les dames, rougir les hommes. La patience est une vertu autant pour le lecteur que pour les protagonistes !

Aujourd'hui on deviendrait fou : "je ne peux accepter votre baiser Monsieur, même si j'en meurs d'envie, les convenances vous comprenez

- oh je comprends très bien et je mets mon coeur à vos pieds, j'attendrai des millions d'années s'il le faut

- oh Monsieur je m'en voudrais de vous faire attendre si longtemps, quelques milliers d'années devraient suffire ..."

Je me moque évidemment mais c'est à peu près ce qu'il se passe ! un charme surannée qui peut ne pas plaire.

Cela étant les remarques sur l'éducation des enfants, la place de la femme dans la société victorienne ( dont j'ai déjà parlé avec Jane Austen ou Anne Perry par exemple) sont ici mis à mal par un esprit émancipé qui n'a pas peur de proférer quelques vérités que tous n'entendent pas à l'époque. C'est sans doute pour cela que Anne Brontë a écrit sous un pseudonyme masculin. D'ailleurs une critique a affirmé que ce roman ne devait pas être mis entre les mains des jeunes filles.

La construction est surprenante et la forme épistolaire est vite oubliée car les lettres de Gilbert sont si longues qu'il s'agit de véritables romans à elles seules. Dans une deuxième partie, c'est le journal intime d'Helen Grisham qui nous est livré, où l'on découvre la dure vie qui l'a menée à fuir son époux pour se réfugier dans ce manoir.

Les hommes ne sont pas épargnés et la critique est virulente à l'encontre des méfaits de l'alcool et de l'attitude volage de Huntingdon qui représente ici une certaine image de l'homme à l'époque victorienne ( on rappellera que l'homme a le droit d'avoir des maitresses !)

Le roman  remet en cause les critères moraux de l'époque victorienne et mérite d'être découvert.

 

TitineCryssilda et Lou

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article

commentaires

A-Little-Bit-Dramatic 26/06/2016 23:08

Un très bon souvenir ! J'avais vraiment beaucoup aimé cette lecture et j'avais été extrêmement surprise et fascinée par le personnage féminin... !! Anne n'est pas la plus connue des soeurs Brontë et c'est dommage parce qu'elle a beaucoup de talent.

nath 27/06/2016 12:54

c'est vrai, ce petit quelque chose dans l'écriture fait que l'on apprécie

FondantOchocolat 12/06/2015 13:10

I am very very tentée depuis longtemps ! Il faudrait que je saute le pas !

nath 12/06/2015 16:05

allez essaie ;) te voilà prévenue des quelques longueurs mais si tu le prends pour ce qu'il est ce roman romance va te plaire

trillian 11/06/2015 10:16

Il est dans ma PAL depuis un bon bout de temps, mais je ne l'ai toujours pas lu! peut être cette année

nath 11/06/2015 11:19

ils se lit vite ;)

Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Articles Récents

  • Origami party pour le mois japonais
    Bien que le papier soit né en Chine au IIème siècle avant J.-C., on pense que la pratique régulière du pliage de papier est essentiellement d'origine japonaise et remonte au VIème siècle. Les premiers pliages étaient destinés à l'emballage des médicaments...
  • Le Maître des livres, Umiharu Shinohara
    Le Maître des livres, tome 1, Umiharu Shinohara, éditions Komikku, 2014, 188 pages Genre : manga Thèmes : lecture, enfance, bibliothèque, amitié, éveil L'auteur en quelques mots ... Dessinateur et scénariste japonais, Umiharu Shinohara ( 篠原ウミハル ) , est...
  • Éloge de l'ombre, Junichirô Tanizaki
    Eloge de l'ombre, Junichirô Tanizaki, édition POF ( Publication orientaliste de France), 1993, 110 pages traduit du japonais par René Sieffert Genre : essai Thèmes : obscurité, occidentalisme, orientalisme, moeurs, plénitude, influence L'auteur en quelques...
  • Outre-Terre, Jean Paul Kauffmann
    Outre-Terre, Jean Paul Kauffmann, éditions Folio, 2017, 359 pages Genre : récit de voyage, essai Thèmes : Russie, Napoléon, Eylau, Histoire, reconstitution L'auteur en quelques mots ... Journaliste et écrivain français, jean Paul Kauffmann est né en 1944....
  • Le Dimanche des mères, Graham Swift
    Le Dimanche des mères, Graham Swift, éditions Gallimard, collection du monde entier, 2017,142 pages Genre : historique Thèmes : aristocraties, société, Angleterre, domesticité, écrivain L'auteur en quelques mots ... Ecrivain britannique né en 1949, Graham...
  • Les Hauts-Conteurs, tome 1 La voix des rois, Olivier Peru et Patrick McSpare
    Les Hauts-Conteurs, tome 1 : la voix des rois, Olivier Peru,Patrick Mc Spare, éditions Scrinéo, 2010, 305 pages Genre : fantasy jeunesse Thèmes : quête, initiation, oralité, Angleterre, créatures fantastiques Les auteurs en quelques mots ... Olivier Peru,...
  • Le Prédicateur, Camilla Läckberg
    Le Prédicateur, Camilla Läckberg, éditions Babel noir, 2013, 500 pages Genre : policier Thèmes : maternité, soumission, enrôlement, meurtre, famille Traduit du suédois par Léna Grumbach et Catherine Marcus L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie...
  • Challenge « Un mois au Japon » - Avril 2017 # 1
    En ce dimanche gourmand, on cuisine japonais à la maison ! Au menu : Soupe miso Mélange Teriyaki Pour la réalisation de la soupe miso : 8 champignons shiitake déshydratés 125 ml (1/2 tasse) d'eau bouillante 250 ml (1 tasse) de tofu mi-ferme, coupé en...
  • Challenge « Un mois au Japon » - Avril 2017
    Lou et Hilde nous ont concocté un nouveau challenge. C'est parti pour le pays du soleil levant ! J'ai raté l'embarquement hier, mais je rejoins les globe-trotteurs pour ce dimanche gourmand. Les thèmes du mois : Samedi 1er avril : Les premiers passagers...
  • Les Tranchées de la haine, Anne Perry ( tome 4 de la saga Reavley)
    Les Tranchées de la haine, Anne Perry, éditions 10/18 Grands Détectives, 2008, 414 pages Genre : policier historique Thèmes : première guerre, tranchées, mutinerie, complot, Angleterre, France L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie d'Anne...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...