Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mai 2015 3 06 /05 /mai /2015 04:39
L'Homme qui ment, Marc Lavoine

L'Homme qui ment, Marc Lavoine, éditions Fayard, 2015, 190 pages

Genre : récit autobiographique

Thème : enfance, famille, fratrie, mensonge, politique, communisme

 

L'auteur en quelques mots ...

 

 

L'Homme qui ment, Marc Lavoine

Né en 1962, Marc Lavoine est surtout connu pour ses talents de chanteur. J'apprécie cependant ses interprétations filmées. Son enfance est bercée par les goûts musicaux de ses parents, parmi lesquels le jazz, les Rolling Stones et Jacques Dutronc. Très vite le jeune homme sait qu’il est fait pour être un artiste. Passionné de comédie et de chant, il intègre une troupe de théâtre amateur à Paris en 1978. Il devient alors ouvreur à l’Olympia et, sur les conseils de Patricia Coquatrix, décide de s’essayer à la chanson. Après s’être fait connaître du grand public dès 1981 avec son rôle dans la série « Pause-Café », il rencontre ses premiers grands succès dans la musique. Avec « Pour une biguine avec toi » et « Les yeux revolver », il signe une entrée remarquée dans l’univers musical en 1984. Sans jamais délaisser l’une de ses passions au fil des années, il continue de mener une brillante carrière artistique entre le grand écran et la scène. Ses albums de duo sont une réussite, tout comme ses films (« Le Cœoeur des hommes », « Les Meilleurs Amis du monde », « Mains armées »...) dans lesquels il est entouré des plus grands acteurs de sa génération. En 1995, Marc Lavoine épouse la princesse Sarah Poniatowski (descendante de Joséphine de Beauharnais) avec qui il a trois enfants.

 

L'histoire

 

L'Hommes qui ment

ou le récit d'un enjoliveur

récit basé sur une histoire fausse

 

Alors qu'il assiste à l'enterrement de son père Lulu, le narrateur nous convie à un retour dans le passé de cet homme éclatant, dont la personnalité a, à la fois, soudé et fait éclater la famille. Il faut dire que même cet enterrement est hors du commun, comme le fut sa vie, réunissant toutes ses femmes. Lulu, " les dettes d'argent, l'alcool, la guerre d'Algérie, les adultères, les divorces qui coûtent une tonne, la chute du Mur, Mittérand au pouvoir, l'humiliation des cocos, de la CGT et du programme commun, les poèmes d'Aragon, le saxopgone, Mai 68, .." Un père admiré, adulé.

Pour le narrateur, une éducation contrastée, forte, plein de souvenirs chantant et d'autres moins drôles et puis, l'acceptation d'un père en marge, qui bouffait la vie comme une pomme, ne connaissait pas de limites et semblait se foutre de tout , accumulait les maitresses .«Nous étions, mon frère et moi, dans la confidence de notre père sans avoir rien demandé. Tenez, les gars, la patate chaude des histoires de fesses de papa. C’est sympa, cool, moderne, un truc de mecs. Mais moi je n’étais pas un mec pour ma mère qui, à force de me considérer comme une fille, m’avait donné une sensibilité proche de la sienne»

De cette famille colorée, aux fortes personnalités et aux douces tonalités féminines ( sa mère Michou, sa Mémé ...), il garde un regard d'enfant porté sur son petit monde. Juste un peu de recul pour se rendre compte, une fois adulte, de ce que Lulu leur faisait vivre, lui si friand de chair fraiche, si engagé. Et l'on se prend d'affection pour ce père toujours défendu malgré ses écarts, son langage à la Belmondo, son look années 70 et son vécu douloureux marqué par la guerre d'Algérie.

"Guevara, Bob Dylan, Lennon, même combat", assurés d'une victoire, les communistes s'engagent et Lulu ne débande pas, prospectant, parlant à ses enfants de Dreyfus, et la famille de s'y mettre, tous citant de grands noms, Vanzetti, la Résistance. Tous y croient mais l'alcool aidant, le jeu, Michou, elle, n'y croit plus. Elle encaisse, L'enfant se découvre alors protecteur, prend une place qui n'aurait pas du être la sienne. La poésie s'en mêle, Rimbaud, Verlaine . Ecrire est un besoin.

 

En vrac et au fil des pages ...

 

En rédigeant ce billet j'ai écrit "le narrateur" et non Marc Lavoine. Suis-je guidée par le sous titre ( histoire fausse) ou passe-t-il au second plan dans cette biographie d'une famille atypique ? Mais enfin quelle enfance ! On se croirait dans un film, les phrases tantôt crues, tantôt empreintes de ce regard enfantin , le regard du fils, rendent le récit vivant. J'ai cru entendre l'accent de Lulu et je n'ai eu aucun mal à me représenter leur vie. Il faut dire que la plume est visuelle, donne moulte détails sur les objets du quotidiens, les habitudes que l'on a connues dans les années 80. C'est une plongée dans le temps.

Vient ensuite la page communiste, et je dois dire que je ne l'ai pas connue mais il me semble retrouver ce que j'ai déjà lu, des hommes engagés, sûrs de leur fait, de leurs idées, jusqu'au-boutistes.

Bémol : l'écriture alterne des passages où l'auteur parle de son père à la troisième personne et intrusion de la première personne, sans prévenir, au détour d'un paragraphe. Je pense que cela traduit le fil de la pensée, comme si en écrivant et en essayant de se détacher il n'avait pu faire autrement que s'adresser à ce père avec qui, finalement, il n'a jamais pu aborder le sujet de fond qui le préoccupait. Le récit est parfois cru, très cru, spontané toujours, sans retenu me semble-t-il, quoique l'image de la mère, omniprésente, semble protégée.

C'est dans style truculent, visuel et presque cinématographique que Marc Lavoine se livre. J'ai eu la sensation à un moment d'être au milieu des tontons flingueurs ! Ce registre colle bien au personnage du père

On en ressort heureux d'en savoir plus sur Marc Lavoine, étonné des révélations et de cette enfance marquée, et l'on comprend le pourquoi de ce livre qui est une sorte d'auscultation, de méditation intérieure sur les non dits.

Comment comprendre les sous-titres : roman d'un enjoliveur, d'un beau parleur dont les frasques étonnaient, envoûtaient, détruisaient à petit feu aussi.  Une histoire fausse, faussée ? Puis cet homme qui ment n'est-il pas l'auteur qui s'est menti à lui-même durant ces années ?

Je dirais que c'est le récit d'un amour et d'une blessure, à part égale.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article

commentaires

Chicky Poo 08/05/2015 13:24

Nous l'avons acheté pour la bibliothèque la semaine dernière, je me demande ce que ça donne. Malgré tes bémols, ta chronique donne envie de se lancer !

nath 08/05/2015 15:18

je suis certaine qu'il va plaire à vos lecteurs ;)

Jostein 08/05/2015 08:56

J'ai trouvé dans ce récit le contraste fréquent des sentiments envers un parent atypique : de la colère ( très sage) et de l'amour. La sensibilité que je suppose du chanteur est bien là.
Par contre, j'ai un peu plus de déception sur le style.

nath 08/05/2015 10:10

et oui je te rejoins sur tout cela mais il n'est pas écrivain et je pense que ce livre est plus une catharsis qu'autre chose, non ?

Joanna 07/05/2015 19:14

Coucou choco ! Merci pour ce billet qui me donne vraiment envie de lire ce livre. Je lis rarement des biographies mais celle-ci a l'air passionnante. Quelle vie quand même !

nath 08/05/2015 05:05

c'est vrai. J'étais dubitative au départ et même si le style n'est pas celui d'un écrivain chevronné, cela reste très intéressant

Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • Harry, sorcellerie et gourmandises !
    Halloween approche et ,avec lui, les idées germent. Que mangera-t-on ? Quelle formes horrrifiques ou magiques prendra l'apéritif ? Et le dessert ? Aujourd'hui je ne cuisine pas mais je fais le tour des blogs pour dénicher quelques pépites ! Chez Lou et...
  • Le Livre perdu des sortilèges, Deborah Harkness
    Le Livre perdu des sortilèges, Déborah Harkness, éditions Le Livre de poche, 2012, 832 pages Traduit de l'anglais par Pascal Loubet Genre ; fantastique Thèmes : sorcellerie, vampires, démons, sorcières, amour, héritage, magie L'auteur en quelques mots...
  • Miss Peregrine et les enfants particuliers, Ransom Riggs
    Miss Peregrine et les enfants particuliers, Ransom Riggs, éditions Bayard jeunesse, 2012, 432 pages traduit de l'anglais par Sidonie Van Den Dries Genre : jeunesse fantastique Thèmes : seconde guerre mondiale, enfance, déportation, souvenirs, fantastique,...
  • Tarte potimarron et noix de pécan
    Cette semaine, pourvu que ce soit à base de courge, toutes nos recettes peuvent entrer dans le challenge de Lou et Hilde. Pour nous ce sera une Pumpkin Pie avec quelques petites modifications de la recette originale. Les ingrédients : 600 gr de potimarron...
  • Petits bonheurs # 6 Retour sur les petits bonheurs de fin d'été
    Petit rendez-vous de partage, délectation et autres petits bonheurs ! Cet été nous avons acheté une maison et commencé les travaux. Pas le temps de publier quoi que ce soit, mais j'ai tout de même pris des photos de notre jardin fruitier et des réalisations...
  • Mes challenges d'automne, c'est parti !
    Premier billet en guise d'ouverture des challenges d'automne. Aujourd'hui pas d'épouvante ou de sorcellerie ! Bientôt, bientôt ! Juste des couleurs ,des senteurs, qui représentent ce que j'aime dans l'automne. Cette année nous avons la chance de vivre...
  • Challenge Halloween 2017
    Lou et Hilde sont de retour pour le challenge d'automne qu'on ne rate jamais : le challenge Halloween ! Souvenirs des années précédentes : - challenge halloween 2016 - challenge halloween 2015 Quelles surprises les filles nous réservent-elles cette année...
  • Le Pumpkin Autumn Challenge 
    Nouveau blog, nouveau challenge ! Chez Guimause, que je viens de découvrir, on organise un challenge d'automne selon trois formules (merci à PatiVore qui a relayé ce challenge) : Le Pumpkin Autumn Challenge débutera le 1er septembre et s’étendra jusqu’au...
  • Le Miroir et autres nouvelles fantastiques, Edith Wharton
    Le Miroir et autres nouvelles fantastiques, Edith Wharton, éditions Folio, 2011, 84 pages Genre : nouvelles Thèmes : spiritisme, fantôme, au-delà L'auteur en quelques mots ... De son véritable nom Edith Newbold Jones, Edith Wharton est née en 1862 et...
  • Qui es-tu Alaska ? John Green
    Qui es-tu Alaska ? John Green, éditions Gallimard jeunesse, pôle fiction, 2011, 402 pages Traduit par Catherine Gibert Genre : drame, jeunesse Thèmes : amitié, solitude, adolescence, littérature, souvenirs, résilience L'auteur en quelques mots ... Né...

Je papote aussi sur...

 

je dois encore chroniquer ...