Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mai 2015 2 19 /05 /mai /2015 05:28
Il faut beaucoup aimer les hommes, Marie Darrieussecq

Merci aux éditions Folio et Livraddict pour ce partenariat

Il faut beaucoup aimer les hommes, Marie Darrieussecq, éditions Folio,,2015288 pages

Ganre : récit contemporain

Thèmes : amour, attente, showbusiness, cinéma, Afrique

 

L'auteur en quelques mots ...

 

En 1988, Marie Darrieussecq reçoit le prix du jeune écrivain de langue française pour sa nouvelle La Randonneuse.

Après avoir rédigé quelques premiers ouvrages repérés par de nombreux éditeurs (Grasset, Le Seuil, Fayard), elle publie son premier roman, Truismes, en septembre 1996.

En 2011, elle publie Clèves, roman sur l'éveil à la sexualité d'une jeune fille des années 1980.

À partir de septembre 2011, elle tient sur France Culture dans l'émission Les Matins, une chronique hebdomadaire intitulée « Place aux femmes ».

En 2013, elle obtient le prix Médicis pour son roman Il faut beaucoup aimer les hommes

 

L'histoire

Solange est une jeune comédienne qui tombe sous le charme de Kouhouesso, un acteur noir et charismatique. Rapidement nait une idylle qui va pourtant s'avérer beacuoup plus forte pour Solange. Kouhouesso est obsédé par l'idée de réaliser son premier film, adapté de l'oeuvre de Conrad, Coeurs de ténèbres. Dès lors s'engage pour la jeune femme une attente. Lentement mais sûrement elle va s'engluer dans cette relation qui la ronge pourtant, Kouhouesso étant un esprit libre et indépendant. Bien qu'il semble attaché à elle,découvre à ses côté les cinéastes français de la nouvelle vague , parle littérature et racines africaines, il ne montre pas la ferveur qu'elle serait en droit d'attendre.Aussi lorsqu'il cherche une jeune femme pour le rôle de La Promise, se sent-elle flouée de ne pas être choisie. Le départ pour l'Afrique sera l'occasion d'un choc des cultures mais aussi d'une révélation. Car elle est blanche et Kouhouesso est noir. Cela doit-il poser un problème ? Cela en pose-t-il un pour elle, inconsciemment ? Le milieu du cinéma n'est pas tendre cependant et Solange va le découvrir à ses dépens.

 

En vrac et au fil des pages...

 

De Marie Darrieussecq j'avais lu l'étrange Truismes. j'ai retrouvé ici cette plume surprenante, à la fois posée et distante, qui nous rend les personnages un peu flous, insaisissables. Le personnage de Solange notamment est on ne peut plus complexe : amoureuse d'un homme noir, elle n'a de cesse de revenir sur l'image que renvoie leur couple. A aucun moment pourant les autres protagonistes ne font preuve de racisme, mais c'est comme si elle était génée de cela inconsciemment ou au contraire souhaitat qu'on le remarque. S'interrogeant sur cela elle cherche à comprendre les racines de Kouhouesso qui se livre peu, parle par bribes, miettes, de son pays de son enfance. Pourtant son attachement à sa terre est fort et il souhaite en faire un film.

On tombe là dans l'univers du cinéma hollywoodien, paillettes et champagne, un côté que je n'apprécie pas. L'argent coule à flot et on ne se refuse rien, pas même remplacer la pluie africaine par de l'eau minérale ! j'ai apprécié en revanche que le personnage de Solange prenne de la consistance dans ce contexte africain, dans ce village où elle perd à la fois le confort de sa vie ciatadine américaine et ses repères, acceptant de cotoyer les habitants. C'est d'ailleurs elle qui se rapproche le plus de cette vie si différente, alors que les autres acteurs sont parqués dans un hôtel de luxe. Le déclage entre deux monde est ici souligné, saute aux yeux du lecteur qui comprend plus vite que Solange dans quoi elle s'est engagée. Mais l'amour rend aveugle !

Tout au long du récit une distance s'installe entre Solange et Kouhouesso et l'on perçoit combien elle est dépendant de lui , guettant ses appels, alors que lui vit pour son art. La fin semble terrassante pour le lecteur qui ne s'attendait pas, comme elle, à cette réaction et nous replace dans l'univers du cinéma américain, chacun pour soi, amour d'un jour, pas d'attachement profond, superficialité.

Pour cela je pense que le récit de Marie Darrieussecq allie le fond et la forme, transmettant bien cette sensation de détachement, de superficialité. Le titre renvoie à une citation de Marguerite Yourcenar "Il faut beaucoup aimer les hommes. Beaucoup, beaucoup. Beaucoup les aimer pour les aimer. sans cela ce n'est pas possible, on ne peut pas les supporter". C'est cela je coirs ce roman, le récit d'une incompréhension mutuelle, d'une incompréhension tout court.

A découvrir

Merci à Livraddict et aux éditions Folio pour ce partenariat

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article

commentaires

Syl. 28/05/2015 16:27

C'est rageant ! je ne reçois plus la notification de tes billets. Je croyais que tu avais déserté le blog pour le déménagement. Peux-tu regarder si je suis toujours inscrite dans tes abonnés ? Il faudrait que tu viennes sur WordPress ! Ce n'est pas la première fois que ça me le fait.
Sinon... je ne note pas ce livre pour l'instant.
PS : J'ai encore les livres de recettes. Toujours pas allée à la poste ! Depuis 3 semaines, je cours, je vole.
Bon... si tu pouvais regarder pourquoi Ob ne m'informe plus de tes billets...
PS2 : Et les gourmandises ? Tu as le temps ? Dimanche, je fais la recette de Hilde... les madeleines espagnoles.

nath 28/05/2015 16:59

coucou,alors je vais te tirer les oreilles pour les carnets ! nan mais si tu peux les envoyer rapidement c'est bien car les filles attendent avec impatience de cuisiner ! Moi je n'ai plus le temps, je suis comme toi c'est la course mais, surotut, je ne suis plus chez moi. Je vis dans un meublé et il n'y a pas de moules à gateaux ou autre. Je dois changer de recettes ! aie aie ! Pour le blog ben je ne sais pas je vais jeter un oeil ;) Wordpressnon car je n'ai pas envie de tout refaire !

nath 20/05/2015 14:26

en effet ce doit être une suite, je n'ai pas lu Clèves. Je pense que Marie Darrieusseq paye sa formation psy dans ses écrits qui sont parfois torturés et difficile d'accès

jerome 20/05/2015 14:37

Torturés et difficile d'accès je ne sais pas mais moi j'ai surtout trouvé la lecture très ch...te ;)

jerome 20/05/2015 13:24

J'avais tellement détesté Clèves qu'il n'est pas question que je redonne sa chance à Darrieussecq. En plus, si j'ai bien compris, c'est plus où moins une suite puisque le personnage de Solange apparaît dans les deux romans. Donc, NO WAY !

nath 19/05/2015 16:07

sincèrement je pense qu'il faut le lire pour comprendre les critiques. J'ai tout lu et son contraire sur ce roman. Pour moi c'est un récit en dehors du temps, l'histoire d'une rencontre, d'une blessure. Je comprends qu'on puisse le trouver insipide ou ne pas comprendre où l'auteur veut en venir. Pourtant c'est une question de ressenti et pour le coup on ressent vraiment cette distance entre eux deux, le mal être de Solange, le décalage entre les mondes, les êtres

Noukette 19/05/2015 16:02

Je l'avais acheté à sa sortie et il m'attend toujours...

Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • Belgravia, Julian Fellowes
    Belgravia, Julkan Fellowes, éditions J.C Lattès, 2016,420 pages Genre : historique Thèmes : famille, héritage, lignée, mariage, descendance, intrigue, société anglaise, XIXe S, Angleterre, secret de famille. Traduit de l'anglais par Valérie Rosier et...
  • Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert
    Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert, éditions Sabine Wespieser, 20a7, 287 pages Genre : historique Thèmes : shoah, exil, reconstruction, Juif, Haiti, famille L'auteur en quelques mots ... Né à Port au Prince, en Haiti ,en 1962, Louis-Philippe...
  • Le Protectorat de l'ombrelle :Sans honte, Gail Carriger
    Le Protectorat de l'ombrelle, tome 3 Sans Honte, Gail Carriger, éditions Le livre de poche, 2013, 421 pages Traduit de l'anglais par Sylvie Denis Genre : Bit lit Thèmes: séparation, mariage, complot, cabale, vampires, loups garou L'auteur en quelques...
  • Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian
    Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian, éditions City, 2015, 351 pages Genre : policier so british ! Thèmes : Whitechapel, meurtres, famille, détective Traduit de l'anglais par Hélène Tordo L'auteur en quelques mots ... Ecrivain anglais, Martin...
  • Agatha Raisin enquête, tome 5 Pour le meilleur et pour le pire, M C Beaton
    Agatha Raisin enquête, tome 5 Pour le meilleur et pour le pire, Parlez ou taisez vous à jamais, M C Beaton, éditions Albin Michel, 2017, 284 pages Genre : policier so british ! Thèmes : amour, mariage, secrets, meurtre L'auteur en quelques mots ... Retrouvez...
  • Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares
    Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares, éditions Gallimard, 2017, 336 pages Genre : récit jeunesse Thèmes : famille, divorce, adolescence, sentiments, mariage, fratrie, amour Traduit de l'anglais par Vanessa Rubio-Barreau L'auteur en quelques mots... Connue...
  • Vacances en forme de petits bonheurs #1
    En vacances les petits bonheurs sont quotidiens. Les voici rassemblés dans un billet hebdomadaire. Lundi 17 juillet : court séjour à Capbreton pour rejoindre une partie de la famille. Bien installés au camping ,on apprécie un pique nique sur la plage,...
  • Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg
    Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg, éditions Babel noir, 2009, 593 pages Genre : policier Thèmes : meurtre, enfance, famille, secrets, enquête L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie de Camilla Läckberg sur les premiers billets de la...
  • 4 days in London !
    Afin de rendre les honneurs à la ville de Londres que nous avons découverte en octobre 2015, je relance ce billet sur notre magnifique séjour. Notre retour en métropole est l'occasion de faire découvrir aux enfants des lieux que nous aimons et que nous...
  • La Compagnie des menteurs, Karen Maitland
    La Compagnie des menteurs, Karen Maitland, éditions Pocket, 2014, 664 pages Genre : thriller médiéval ,historique Thèmes : peste, Moyen âge, XIV °S, religion, fanatisme, énigme L'auteur en quelques mots ... Née en 1956 au Royaume Uni, Karen Maitland écrit...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...