Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 avril 2015 6 25 /04 /avril /2015 06:32
Rebecca, Daphné du Maurier

Rebecca, Daphné du Maurier, éditions Le Livre de poche, 1971, 377 pages

Genre : roman

Thèmes : amour, mystère, drame, suspicion, domaine

 

L'auteur en quelques mots ...


Née en 1907 à Londres, Daphné du maurier est élevée dans une famille londonienne aisée. Elle est la fille de l'acteur Gerald du Maurier et la petite-fille de l'écrivain et dessinateur George du Maurier, ami de Henry James et auteur notamment de Trilby.Daphné du Maurier évoque dans "Les Souffleurs de Verre", les origines françaises de sa famille.

Daphné Du Maurier écrit ses premières pages dignes d'être publiées à l'âge de dix-huit ans. Elle publie son premier roman, "The Loving Spirit" ("La Chaîne d'amour"), en 1931 et épouse l'année suivante le général de division Frederick Browning. Le roman de Daphné du Maurier le plus connu est certainement "Rebecca" (1938), l’histoire du mariage d’une jeune femme avec un veuf riche et mystérieux. Oeuvre saluée par la critique, qui lui apporte la gloire. Ce roman lui a été inspiré par une demeure qui l'avait marquée et qu'elle n'a eu de cesse de réclamer pour la louer auprès de son propriétaire : Menabilly.

Trois de ses écrits sont portés à l'écran par Alfred Hitchcock :
"L'Auberge de la Jamaïque" (1936), adapté au cinéma sous le titre "La Taverne de la Jamaïque" en 1939, "Rebecca" (1938), adapté au cinéma en 1940 et "Les Oiseaux" (1952), adapté au cinéma en 1963.

 

L'histoire :

" J'ai rêvé l'autre nuit que je retournais à Manderley".

" Un nuage invisible jusqu'alors passa devant la lune et s'y arrêta un instant, comme une main sombre devant un visage. L'illusion s'évanouit et les lumières des fenêtres d'éteignirent. Je n'avais plus devant moi que des murs silencieux et sans âme."

Revenant sur son passé, la narratrice évoque avec précision ce que fut Manderley, demeure imposante dont l'attrait était aussi bien dû à ses parterres fleuris qu'à son côté mystérieux.

Alors qu'elle était au service de Mrs van Hopper en tant que dame de compagnie, la narratrice, réservée, peu sûre d'elle, fait la connaissance de Maximilien de Winter. L'homme est lui aussi à l'écart et, bien que de noble naissance, ne semble pas tenir à la compagnie des autres résidants de l'hôtel à Monte-Carlo. Il exerce pourtant sur la narratrice un attrait qui lui fait quitter sa réserve. Tous deux vivrons des moments exaltants et hors du temps jusqu'à ce que Mrs Van Hopper annonce son départ, qui implique celui de sa dame de compagnie.

Aussi soudainement qu'étonnament, Max de Winter n'entrevoit d'autre solution pour sauver la jeune femme des griffes de sa maitresse que le mariage. Sans plus réfléchir, la narratrice accepte et se retrouve , après un rapide voyage de noces en Italie, à Manderley, demeure des Winter. Elle découvre alors la marque indélébile de la première Mme de Winter, Rebecca que les domestiques adoraient et ne parvient à toruver sa juste place.

Commence alors une vie qu'elle n'a pas voulue, faite de rituels, de recommandations dans laquelle elle semble n'être que l'ombre de Rebecca. Mais c'était sans compter sur les chemins tortueux du destin ...

 

En vrac et au fil des pages ...

(Menabilly)

 

j'ai adoré me replonger dans l'unievrs si particulier de Daphné du Maurier où les ombres du passé se mêlent à l'inconscient des vivants pour les tourmenter. lors de ma première lecture, voilà des années, j'étais plus intriguée par le personnage de Rebecca qui se dessine peu à peu et uniquement par le portrait qu'en dressent les autres protagonistes. le suspens est latent et l'on s'attend à chaque instant à voir ressurgir son fantôme.

Cette deuxième lecture m'a permis de me détacher de ce personnage pour me concentrer que la narratrice, nouvelle Mme de Winter qui, il faut bien le dire, est affligeante de naiveté ! Seul le dernier tiers du récit lui rend hommage, la rendant plus forte, capable d'affronter la terrible Mrs Danvers et la fatalité.Cependant l'on suit à,travers ses yeux l'évolution de la situation, de son entrée dans un Manderley qu'elle admire mais qui lui est totalement inconnu, aux face à face avec la dame de compagnie de Rebecca, toujours plus ou moins maitresse des lieux.

Les descriptions sont riches de détails et l'on n'a aucun mal à imaginer la demeure qui m'est apparue plus réelle grâce à la lecture récente d'une biographie rédigée par Tatiana de Rosnay, Manderley for ever. En effet, j'y ai appris que l'idée de ce roman avait émergée alors que daphné du Maurier était sous l'emprise d'une autre demeure, Menabilly. Le personnage de Mrs Danvers tient lui-même d'une femme cotoyée alors qu'elle était en pensionnat.

Quelques pépites comme cette description gourmande typiquement british que je ne résiste pas à vous livrer : " Sur ce balcon net, blanchi par des siècles de soleil, je songe à l'heure du thé de Manderley et à la table dressée devant la cheminée de la bibliothèque. La porte s'ouvrant toute grande à quatre heures et demi tapant et l'apparition du plateau d'argent, de la bouilloire, de la nappe blanche. (...) Je revois ces croissants luisants de beurre, le bord croustillant des toasts et les scones brûlants. Il y avait des sandwiches aux mystérieuses saveurs et un pain d'épices extraordinaire, un cake à l'angélique qui fondait dans la bouche, et un autre plus épais aux amandes et aux raisins.

L'on comprend qu' Alfred Hitchcock soit tombé sous le charme de ce récit et ai souhaité l'adapter.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

jerome 26/04/2015 19:48

Il m'attend, je vais le déguster avec plaisir, c'est certain.

nathchoco 27/04/2015 03:29

tu vois à cette lecture je l'ai trouvé surprenant car j'étais moins happée par le petit côté fantastique. Ce qui est bien mené je trouve c'est le revirement de situation, la fin qui ne pouvait être autre. Mais cette héroine reste un peu plate je trouve.Belle lecture !

Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • Le Mois américain sur les blogs
    Sixième édition du mois américain sur le blog de Titine, Plaisirs à cultiver. On l'attendait avec impatience ,histoire de sortir de sa pile à lire quelques pépites. Alors non, je ne lirai pas American Psycho cette année encore, et pourtant il est là,...
  • Comme une grande, Elisa Fourniret
    Comme une grande, Elisa Fourniret, éditions Mauconduit 2017, 240 pages Genre : contemporain Thèmes : féminité, Paris, mère, couple L'auteur en quelques mots ... À 45 ans, Elisa Fourniret est responsable depuis 5 ans de la Maison des auteurs de la Société...
  • Empathie et compassion, comment développer nos super-pouvoirs, Sandra Cardot
    Empathie et compassion, comment développer nos super-pouvoirs, Sandra Cardot, éditions Michalon, 2017, 187 pages Genre : développement personnel Thèmes : empathie, compassion, mentalité, méditation, qualité, conscience, altruisme L'auteur en quelques...
  • Belgravia, Julian Fellowes
    Belgravia, Julkan Fellowes, éditions J.C Lattès, 2016,420 pages Genre : historique Thèmes : famille, héritage, lignée, mariage, descendance, intrigue, société anglaise, XIXe S, Angleterre, secret de famille. Traduit de l'anglais par Valérie Rosier et...
  • Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert
    Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert, éditions Sabine Wespieser, 20a7, 287 pages Genre : historique Thèmes : shoah, exil, reconstruction, Juif, Haiti, famille L'auteur en quelques mots ... Né à Port au Prince, en Haiti ,en 1962, Louis-Philippe...
  • Le Protectorat de l'ombrelle :Sans honte, Gail Carriger
    Le Protectorat de l'ombrelle, tome 3 Sans Honte, Gail Carriger, éditions Le livre de poche, 2013, 421 pages Traduit de l'anglais par Sylvie Denis Genre : Bit lit Thèmes: séparation, mariage, complot, cabale, vampires, loups garou L'auteur en quelques...
  • Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian
    Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian, éditions City, 2015, 351 pages Genre : policier so british ! Thèmes : Whitechapel, meurtres, famille, détective Traduit de l'anglais par Hélène Tordo L'auteur en quelques mots ... Ecrivain anglais, Martin...
  • Agatha Raisin enquête, tome 5 Pour le meilleur et pour le pire, M C Beaton
    Agatha Raisin enquête, tome 5 Pour le meilleur et pour le pire, Parlez ou taisez vous à jamais, M C Beaton, éditions Albin Michel, 2017, 284 pages Genre : policier so british ! Thèmes : amour, mariage, secrets, meurtre L'auteur en quelques mots ... Retrouvez...
  • Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares
    Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares, éditions Gallimard, 2017, 336 pages Genre : récit jeunesse Thèmes : famille, divorce, adolescence, sentiments, mariage, fratrie, amour Traduit de l'anglais par Vanessa Rubio-Barreau L'auteur en quelques mots... Connue...
  • Vacances en forme de petits bonheurs #1
    En vacances les petits bonheurs sont quotidiens. Les voici rassemblés dans un billet hebdomadaire. Lundi 17 juillet : court séjour à Capbreton pour rejoindre une partie de la famille. Bien installés au camping ,on apprécie un pique nique sur la plage,...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...