Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 avril 2015 3 08 /04 /avril /2015 05:21
Manderley for ever, Tatiana de Rosnay

paManderley for ever, Tatiana de Rosnay, éditions Albin Michel,2015, 444 pages

Genre : biographie romancée

Thèmes : enfance, famille, écriture, amours, lieux sacrés

 

L'auteur en quelques mots ...

retrouvez la biographie de Tatiana de Rosnay sur les billets suivants :

Rose

Boomerang

 

L'histoire :

Novembre 2013. Mayfair à Londres. Tatiana de Rosnay débute son périple sur les traces de Daphné du Maurier ici, au 24, là où est née l'écrivain en 1907.

Petite, dans cette grande maison familiale, Daphné est la petite sauvage de la fratrie, au contraire de sa soeur Angela qui semble apprécier els mondanités. Son monde à elle est en partie imaginaire, nourri par sa capacité à créer, à inventer, à animer ce qui l'entoure. A quatre ans, alors que Mlle Torrance lui demande si elle a déjà écrit, elle répond "oui, Jean dans les bois du  Monde". Peter Pan n'est jamais loin et son père, Gérald du Maurier, acteur qui incarne tour à tour M Darling ou le capitaine Crochet, l'entraine dans cet imaginaire que leur ami M Barrie a su si bien décrire.

Très jeune, elle découvre les origines françaises de son nom et n'aura de cesse de chercher avidement les pistes de cette lignée. Mais pour l'heure Daphné grandit en se disant que c'est vraiment une plaie d'être une fille ! Ses héros ? Long John Silver, Jim Hawkins, les héros de Stevenson. L'aventure l'attire et ses soeurs se plient aux rôles qu'elle leur assigne pour jouer de petites scènes inspirées de ses lectures. Mais c'est son personnage imaginaire masculin, son double , qui va guider ses jeunes années : Eric Avon. Grâce à lui elle osera goûter à l'amour avec une femme, Ferdie, qui la fascine. Mlle Yvon, la directrice du pensionnat à Meudon, est un de ces femmes qui aime avoir une petite cour autour d'elle et encourage les jeunes files à rivaliser pour elle. Daphné saura se faire accepter et devenir une favorite, puis une amie et une amante.

Lorsque l'inspiration lui vient elle est débordante, destructrice aussi. Guidée par le souvenir de son grand-père Kiki, ses lectures ( Les hauts de Hurlevent, Dickens, les soeurs Bronte), "Ecrire c'est rêver vrai". Il en sera toujours ainsi et Daphné du Maurier laissera toujours l'écriture guider sa vie, au détriment, souvent, de ses relations avec ceux qui l'entourent, veulent l'approcher. Au détriment même de ses propres enfants , petits. Une jeunesse placée sous le sceau de l'enthousiasme, des expériences. Egoiste bien souvent . Ses écrits, sombres, explorant l'inconscient humain, les pulsions, ne plaisent pas toujours. Mais qu'importe, c'est elle qui dirige, choisit et si on ne la comprend pas cela importe peu. Elle si enjouée parvient à faire ressortir dans ses récits ce côté obscur qui l'anime. Elle aime l'orage, la pluie, le vent, les falaises escarpées et les âmes brutes.

Son rôle de mère, elle l'assume peu et reconnait plus tard qu'elle a toujours accordé sa faveur à son fils et non à ses filles. Les garçons, la lignée sans doute, sont plus importants pour elle. Ses filles en souffrent-elles ? Sans doute mais elle ne peux réprimer ses sentiments, ses pulsions. car c'est ainsi qu'elle fonctionne, par pulsion, par instinct, par envie.

Il faudra attendre que la fougue s'éteigne un peu, que son rôle d'épouse la rappelle à l'ordre (elle est la femme du Général Frederik Browning) et que ses filles grandissent pour qu'elle se rapproche d'elles.

Mais la grande passion de Daphné du Maurier, outre l'écriture qui est à la fois drogue et source de vie, c'est cette maison qui l'obsède, Ménabilly et qu'elle n'aura de cesse de convoiter jusqu'à ce qu'elle lui soit enfin cédée pour 20 ans. Une maison qui inspirera Manderley dans Rebecca ...

 

En vrac et au fil des pages ...

 

Il est difficile de raconter une biographie. Mon résumé ne reprend que l'essentiel sans trop en dévoiler car cela gâcherait la découverte du livre de Tatiana de Rosnay.

Je préfère me débarrasser tout de suite de ce qui m'a dérangée dans cet ouvrage, de façon à garder le meilleur pour la faim ( comme une gourmandise !). Tatiana de Rosnay prend le parti de rédiger au présent, ce qui nous plonge au coeur de l'existence de Daphné du Maurier. Toutefois, force est de constater que cela n'est pas toujours heureux et donne par moment un effet catalogue, comme si les choses s'empilaient au lieu de s'enchainer. J'ai aussi regretté que la biographie ne s'arrête pas lorsque Daphné du Maurier déménage à Kilmarth, avant son déclin qui est ici rapporté dans une sorte d'impudeur qui m'a dérangée.

Cela étant, cette biographie est passionnante et l'auteur se fait discrète bien que présente dans son récit avec quelques chapitres consacrés à sa quête des lieux qui ont marqué la vie de Daphné du Maurier.

Dès les premières pages on comprend que la petite fille sera une femme forte, engagée, résolue. Son attachement à son père, sa maison, la marquent et feront d'elle ce qu'elle est devenue. Pour autant l'on ne peut s'empêcher de faire des parallèles entre son enfance et notamment sa relation à sa mère, et ce qu'elle renvoie plus tard à ses promres enfants. Le regard de sa mère, distant, peut-être par jalousie envers une relation père-fille exclusive, rapelle combien Daphné du Maurier montrera son amour à son fils alors qu'elle a toujours clamé ne pas vouloir de fille.

L'on découvre alors une face peu reluisante de l'écrivain, cet égoisme qui ressort et qui nous fait la critiquer par moment, alors même qu'on la trouve fascinante dans son affirmation de sa masculinité, ses parti pris affirmés, sans concession. C'est une forte personnalité, je dirais un personnage à elle seule, qui prend, grapille, profite, s'inspire et suit sa route.

L'on entre dans son univers par son code langagier, développé avec ses soeurs puis ses proches et qui permet les sous entendus mais aussi les secrets. Des secrets, certains plus lourds que les autres, qui ne sortiront même pas dans ses mémoires, elle qui a demandé à ce que son journal intime ne soit révélé que 50 ans après sa mort.

Le lecteur prendra plaisir à découvrir l'origine de ses romans, ses biographies, ses espoirs lors des diverses publications, les critiques acerbes qui ne manquent pas de l'égratigner, surtout depuis le succès de Rebecca, les adaptations cinématographiques ratées qui la mettent en colère mais aussi les succès qui l'encouragent. Désormais nous pouvons lire ses récits en sacant ce qui l'a inspirée, le slieux dans lesquels elle a écrit, les pulsions qui l'animaient et faisaient qu'elle devait écrire tel livre et pas un autre, quitte à choquer. On aimera le récit de ses voyages, son attachement à la France, terre de ses ancêtres, en Cornouailles mais aussi à l'Italie. Les lieux revêtent pour elle une grande importance, plus que les hommes.

C'est donc un récit passionnant, dans lequel on perçoit l'attrait qu'a pu susciter cette femme sur Tatiana de Rosnay, que je vous recommande vivement.

 

Manderley for ever, Tatiana de Rosnay

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Touloulou 13/05/2015 09:36

Un beau billet ! Cette femme a l'air tout à fait fascinante, et cela malgré ( ou même aussi à cause de cela) le côté égoïste qui ressort assez vite dans ton billet.
Il faut que je découvre ses romans ! Et je pense qu'ensuite j'aurai envie de lire cette biographie.

nath 13/05/2015 09:52

j'ai bien aimé Rebecca, même si je pensais que le côté sombre et gothique ressortirait davantage. Je l'ai relu récemment après la biographie car on y parle justement de cette maison qui l'a tant inspirée. Je pense en effet que Daphné du maurier était un vrai personnage et c'est sa relation à ses enfants, le rejet des filles, l'amour de son garçon , qui me fait penser à ce côté égoiste qu'ont beaucoup d'écrivains mais qui ressort vraiment chez elle ( le choix de Menabilly, l'éloignement de ses enfants, l'écriture qui passe avant tout ...)

Joanna 10/04/2015 15:08

Merci pour ce billet. Malgré les petits défauts, j'ai très envie de découvrir la vie de cette femme qui me ressemble un peu en certains points ;-)

nathchoco 11/04/2015 04:02

j'espère que tu n'es pas aussi dure qu'elle Joanna !

jerome 10/04/2015 12:45

On sent dans son écriture et sa façon de mener un récit que c'était une femme forte qui ne s'en laissait pas compter.

nathchoco 11/04/2015 04:02

en effet et on le retrouve bien dans la biographie. Je pense qu'elle ne devait pas être facile et en même temps on la décrit aussi comme une femme drôle

Myrtille 08/04/2015 19:41

Chouette ! Malgré les points négatifs que tu soulèves, j'avoue que ma curiosité est piquée ! J'espère le recevoir rapidement ;)

nathchoco 09/04/2015 04:53

oui ça va te plaire, je lance une LC aujourd'hui ;)

stephanie plaisir de lire 08/04/2015 09:51

une maie m'en avait parlé et n'avait pas été emballée par ce titre, mais ton avis me redonne à nouveau envie de le découvrir !

nathchoco 08/04/2015 09:54

en fait il faut le lire pour découvrir Daphné du Maurier qui vaut vraiment le détour et non pour la plume de Tatiana de Rosnay que j'apprécie moins ici

Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • Le Pumpkin Autumn Challenge 
    Nouveau blog, nouveau challenge ! Chez Guimause, que je viens de découvrir, on organise un challenge d'automne selon trois formules (merci à PatiVore qui a relayé ce challenge) : Le Pumpkin Autumn Challenge débutera le 1er septembre et s’étendra jusqu’au...
  • Le Miroir et autres nouvelles fantastiques, Edith Wharton
    Le Miroir et autres nouvelles fantastiques, Edith Wharton, éditions Folio, 2011, 84 pages Genre : nouvelles Thèmes : spiritisme, fantôme, au-delà L'auteur en quelques mots ... De son véritable nom Edith Newbold Jones, Edith Wharton est née en 1862 et...
  • Qui es-tu Alaska ? John Green
    Qui es-tu Alaska ? John Green, éditions Gallimard jeunesse, pôle fiction, 2011, 402 pages Traduit par Catherine Gibert Genre : drame, jeunesse Thèmes : amitié, solitude, adolescence, littérature, souvenirs, résilience L'auteur en quelques mots ... Né...
  • Le Mois américain sur les blogs
    Sixième édition du mois américain sur le blog de Titine, Plaisirs à cultiver. On l'attendait avec impatience ,histoire de sortir de sa pile à lire quelques pépites. Alors non, je ne lirai pas American Psycho cette année encore, et pourtant il est là,...
  • Comme une grande, Elisa Fourniret
    Comme une grande, Elisa Fourniret, éditions Mauconduit 2017, 240 pages Genre : contemporain Thèmes : féminité, Paris, mère, couple L'auteur en quelques mots ... À 45 ans, Elisa Fourniret est responsable depuis 5 ans de la Maison des auteurs de la Société...
  • Empathie et compassion, comment développer nos super-pouvoirs, Sandra Cardot
    Empathie et compassion, comment développer nos super-pouvoirs, Sandra Cardot, éditions Michalon, 2017, 187 pages Genre : développement personnel Thèmes : empathie, compassion, mentalité, méditation, qualité, conscience, altruisme L'auteur en quelques...
  • Le Protectorat de l'ombrelle :Sans honte, Gail Carriger
    Le Protectorat de l'ombrelle, tome 3 Sans Honte, Gail Carriger, éditions Le livre de poche, 2013, 421 pages Traduit de l'anglais par Sylvie Denis Genre : Bit lit Thèmes: séparation, mariage, complot, cabale, vampires, loups garou L'auteur en quelques...
  • Belgravia, Julian Fellowes
    Belgravia, Julkan Fellowes, éditions J.C Lattès, 2016,420 pages Genre : historique Thèmes : famille, héritage, lignée, mariage, descendance, intrigue, société anglaise, XIXe S, Angleterre, secret de famille. Traduit de l'anglais par Valérie Rosier et...
  • Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert
    Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert, éditions Sabine Wespieser, 20a7, 287 pages Genre : historique Thèmes : shoah, exil, reconstruction, Juif, Haiti, famille L'auteur en quelques mots ... Né à Port au Prince, en Haiti ,en 1962, Louis-Philippe...
  • Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian
    Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian, éditions City, 2015, 351 pages Genre : policier so british ! Thèmes : Whitechapel, meurtres, famille, détective Traduit de l'anglais par Hélène Tordo L'auteur en quelques mots ... Ecrivain anglais, Martin...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...