Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mars 2015 1 16 /03 /mars /2015 04:39

Pour l'atelier d'écriture du jour, Leiloona nous convie à explorer une photo dans laquelle chacun peut voir, selon sa sensibilité, l'espoir ou le désespoir, le voyage ...

Quelques lieues encore, à fond de cale, et l’air pur emplira ses poumons. Un air qu’il ne connait pas mais qu’il aime déjà. Une ile peut-être, une ville, qu’importe. Tout sauf les pleurs, la peur, la famine et la guerre. Tout mais plus la violence des cris, des tirs. Dans quelques heures il pourra voir de ses propres yeux ce que ses frères ont promis et même si la vie s’annonce difficile dans cet ailleurs prometteur, il sait déjà que ce sera une souffrance plus juste, équitable car il pourra se battre, solidaire, il y croit.

Le navire ralentit son allure. Il est temps. S’accrocher au bastingage, braver les flots, nager, nager. Lâcher la corde qui le retient encore à son pays. Allez, lâche la corde, débarrasse- toi une fois pour toutes de tes peurs. Saute !

Tant de fois répétés, rêvés, les gestes ne viennent pas. Et s’il ne parvenait pas sur la rive, et si on le surprenait avant qu’il n’ait pu atteindre cette terre dont il perçoit les lumières, là-bas, et si son rêve prenait fin ici… Il faut lâcher bon sang ! Nager, nager.

Agrippé au flanc du bateau, il observe le lever du soleil, se laisse bercer, frapper par les vagues. Que c’est bon d’être vivant ! La terre est là, à portée de regard, à quelques brasses sans doute. A quelques gestes pour lui qui nage si mal. Il a appris dans le fleuve, avidement, avec ses frères, avec l’espoir de plonger en plein océan, de déplier son corps apeuré et de coordonner ses gestes pour nager, nager. Lâche la corde, rien ne sera pire que ce que tu as déjà connu.

Il est le seul survivant de ce convoi clandestin. Combien ont trouvé la mort en montant dans la barque du passeur ? Ils étaient trop nombreux, il l’a compris tout de suite. Mais rester ? Impossible. La peur nous fait parfois accomplir de drôle de choses, elle nous rend bêtes, naïfs ou au contraire extrêmement lucides. C’est ce qui l’a sauvé, lui, sa soif de vivre mais pas à n’importe quel prix. Alors il a payé plus, il a fait preuve de patience, il a tout étudié, minutieusement, il a dit « D’accord, oui, puisqu’il le faut », il a demandé « combien encore ? Combien de temps ? Combien d’argent ? ». Puis c’est arrivé. Lui et pas d’autres. Lui seul.

Seul. Accroché au bastingage. Il regarde le soleil qui se lève. Un autre soleil.

Allez, saute ! Nage, nage …

Nage !

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans atelier d'écriture
commenter cet article

commentaires

Sabine 18/03/2015 17:07

Un texte fort!!!!

kentin spark 16/03/2015 17:32

Comme dans une tempête je suis un peu secoué. très bien écrit. Merci;

Anne-Véronique 16/03/2015 15:47

Ton texte est très fort, très bien écrit, il secoue même. il me semble malheureusement trop proche d'une réalité qui ne devrait pas exister. merci...

nathchoco 16/03/2015 16:43

merci infiniment. C'est un sujet qui me touche

LADY MARIANNE 16/03/2015 13:52

tellement la triste réalité ! combien sont morts dans d'atroces traversées-
une participation poignante- j'aime beaucoup !!

nathchoco 16/03/2015 13:56

Merci, je suis contente que cela vous touche

Vudemeslunettes 16/03/2015 10:33

Je garde espoir pour lui !
Très joli texte, tout en finesse et en pudeur, bravo :)

nathchoco 16/03/2015 12:50

merci beaucoup :)

Débora Anton 16/03/2015 10:23

La triste vérité des flots d'immigrations clandestines !

nathchoco 16/03/2015 12:50

c'est tout à fait ça

Au fil des plumes 16/03/2015 09:48

Un thème fort que tu as su exploité avec un ton juste.

nathchoco 16/03/2015 10:15

merci pour ton commentaire

Albertine 16/03/2015 09:00

Une nouvelle vie à portée de vue : quelques brasses et l'arrivée sur un sol inconnu ! Beau texte !

nathchoco 16/03/2015 09:19

Merci albertine

Titine 16/03/2015 08:56

Excellent choix de sujet que tu traites avec beaucoup de pudeur.

nathchoco 16/03/2015 09:20

on en parle beaucoup mais à chaque fois cela me fait un pincement au coeur. Je pense qu'on ne peut pas s'imaginer ce qui se passe là bas pour que des gens soient prêts à mourir pour quitter leur pays

saxaoul 16/03/2015 08:14

Je croise les doigts pour lui !

nathchoco 16/03/2015 08:16

j'aimerais connaitre la fin mais ... Chacun l'imaginera ;)

Adrienne 16/03/2015 06:28

excellent!

nathchoco 16/03/2015 07:16

mirchi Adrienne ;)

Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Articles Récents

  • 4 days in London !
    Afin de rendre les honneurs à la ville de Londres que nous avons découverte en octobre 2015, je relance ce billet sur notre magnifique séjour. Notre retour en métropole est l'occasion de faire découvrir aux enfants des lieux que nous aimons et que nous...
  • La Compagnie des menteurs, Karen Maitland
    La Compagnie des menteurs, Karen Maitland, éditions Pocket, 2014, 664 pages Genre : thriller médiéval ,historique Thèmes : peste, Moyen âge, XIV °S, religion, fanatisme, énigme L'auteur en quelques mots ... Née en 1956 au Royaume Uni, Karen Maitland écrit...
  • Agatha Raisin enquête, tome 3 : Pas de pot pour la jardinière
    Agatha Raisin enquête, tome 3, Pas de pot pour la jardinière, M.C Beaton, éditions Albin Michel, 2016, 246 pages Genre : policier so british ! Thèmes : jardinage, meurtre, jalousie, enquête L'auteur en quelques mots Retrouvez la biographie de M.C Beaton...
  • Juin : le mois anglais sur les blogs !
    C'est avec plaisir que je renouvelle ma participation au mois anglais, organisé par Lou et Cryssilda. L'occasion de dépoussiérer le blog qui n'a pas vu d'article depuis fort longtemps, travail oblige ;) Pour le plaisir des sens donc : 1er juin : "Un jour"...
  • Le poids des secrets, tome 1 Tsubaki, Aki Shimazaki
    Le poids des secrets, tome 1 : Tsubaki, Aki Shimazaki, éditions Babel, 1999, 115 pages Genre : contemporain Thèmes : famille, passé, amour, seconde guerre, Hiroshima, Nagasaki L'auteur en quelques mots ... Née à Gifu, au Japon, en 1954, Aki Shimazaki...
  • La Bête humaine, Emile Zola
    La Bête humaine, Emile Zola, éditions Folio classique, 1995, 501 pages Genre : classique Thèmes : amour, passion, meurtre, pulsions, machine à vapeur, ville, ouvriers, gare L'auteur en quelques mots ... Considéré comme le chef de file du naturalisme,...
  • La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami
    La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami, éditions Picquier Poche , 2009, 342 pages Genre : contemporain traduit du japonais par Elisabeth Suetsugu Thèmes : brocante, amour, objets, bonheurs, rencontres, liens L'auteur en quelques mots ... Retrouvez ma chronique...
  • Loin de la foule déchaînée, Thomas Hardy
    Loin de la foule déchainée, Thomas Hardy, éditions Archi Poche, 2015, 470 pages Genre : classique Thèmes : Angleterre, XIX°S, domaine, mariage, amour, statut social L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie de l'auteur sur le billet Deux contes...
  • La Horde du contrevent, Alain Damasio
    La Horde du contrevent, Alain Damasio, Editions La Volte, 2004, 521 pages Genre : fantasy Thèmes : vent, amitié, horde, écueils, quête, musique L'auteur en quelques mots ... Alain Damasio, né Alain Raymond, est un écrivain français de science-fiction....
  • Origami party pour le mois japonais
    Bien que le papier soit né en Chine au IIème siècle avant J.-C., on pense que la pratique régulière du pliage de papier est essentiellement d'origine japonaise et remonte au VIème siècle. Les premiers pliages étaient destinés à l'emballage des médicaments...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...