Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 06:26
Nymphéas noirs, Michel Bussi

Nymphéas noirs, Michel Bussi, éditions Pocket, 493 pages

2013 ( première édition 2010)

Genre : policier contemporain

Thèmes: Giverny, peinture, Monet, meurtres, enfance

 

L'auteur en quelques mots ...

 

 

Michel Bussi (né le 29 avril 1965 à Louviers) est un auteur français de romans policiers. Il publie en 2008 son troisième roman, Mourir sur Seine, qui se déroule pendant l’Armada 2008 de Rouen, et qui s’est vendu en quelques semaines à plusieurs milliers d’exemplaires. Son premier livre cependant date de 2006, Code Lupin et a été adapté en feuilleton.

À partir de 2010, il est publié aux Presses de la Cité. Son roman Nymphéas noirs, huis-clos qui se déroule dans le village de Giverny, sort le 20 janvier 2011. Il obtient un succès critique et populaire important, et remporte notamment le prix des lecteurs du festival Polar de Cognac, le prix du polar méditerranéen (festival de Villeneuve-lez-Avignon), le prix Michel Lebrun de la 25e heure du Mans, le prix des lecteurs du festival Sang d’Encre de la ville de Vienne (« gouttes de Sang d’encre »), le Grand prix Gustave Flaubert de la Société des écrivains normands, devenant ainsi le roman policier français le plus primé en 2011.

Suivront Un avion sans elle en 2012 et un récit que j'ai très envie de découvrir car se déroule sur l'ile de la Réunion : Ne lâche pas ma main.

Michel Bussi est devenu un maitre d'lillusion et de la manipulation de lecteur ! 

Son site : clic ! 

 

L'histoire

 

"Trois femmes vivaient dans un village.

La première était méchante, la deuxième était menteuse, la troisième était égoiste."

Mai 2010, Giverny. Découvrant dans l'herbe qui borde la rivière, un corps sans vie dont le crâne semble avoir été fracassé par une pierre, la vieille femme passe son chemin et attend. Dans quelques minutes quelqu'un le trouvera et donnera l'alerte. Les lieux paraissent empreints de sérénité, un tableau vivant de Claude Monet. Le noyé est Jérôme Morval et l'inspecteur Laurenç Serenac mène l'enquête. Accompagné de son adjoint, Sylvio Benavidès, il collecte les indices qui ne tarderont pas à le mener dans le tourbillon de la vie de Jérôme Morval, chamboulant le village. Du haut de son moulin, la vieille femme guette par la fenêtre. De là elle perçoit le manège : une jeune femme aux yeux nymphéas qui rêve d'évasion, d'amour pur et fera chavirer le coeur de l'inspecteur , une fillette de onze ans, passionnée de peinture et amoureuse du jeune Paul. Comment dans ce décor idyllique, prévoir l'ampleur du drame qui se joue ?

 

"Le crime de rêver, je consens qu'on l'instaure ..." Louis Aragon

 

En vrac et au fil des pages ....

 

Comment parler de ce roman sans en dévoiler les détails, le dénouement ? Ce roman c'est du bluff ! Une intrigue qui semble banale, finement liée à la vie d'un village à l'allure de tableau. On pourrait penser alors que la clé de l'enigme est là : si ce village a été conçu à la manière d'un tableau alors c'est en lui que se cache le secret. Car il s'agit bien d'un secret, souligné dès les premières pages avec cette vieille femme qui arpente les rues, salue à peine les passants, a déjà tout vu et tout compris et se rit de ce qui va se produire, comme si elle en pressentait l'ampleur.

​L'inspecteur pense comme nous et Claude Monet entre en scène, sa vie à Giverny, les secrets  liés à ses peintures. Jérôme Morval était un collectionneur et aussitôt l'enquête s'oriente vers une pièce rare qu'il aurait pu convoiter, en plus des multiples conquêtes féminines qu'il semblait avoir.

Dans cette enquête policière le lecteur retrouve donc toutes les ficelles du genre. Mais ici les pages laissent paraitre la poésie et par le regard d'une fillette de onze ans, transforment le paysage. On se prend d'affection pour les personnages et son se laisse porter le long des rives de l'Epte, sans nous douter un instant que l'auteur nous mène exactement là où il veut. Alors notre coeur guimauve aura détesté Jacques pour le mal qu'il fait à sa femme Stephanie, aura espéré une fuite , une échappatoire pour elle, sera attendri par l'amour pur de Fanette et Paul, se demandera sans cesse et jusqu'au bout qui est cette vieille femme. Pour autant nous sommes dans un polar, alors revenons à notre enquête qui semble piétiner, et pour cause ... On pense avoir trouvé, on en est même sûr, on pense que Laurenç Serenac se trompe bien entendu. Et hop ! une bonne claque au dernier chapitre ! Seule la toute fin m'a laissée perplexe, comme téléphonée et un peu trop mièvre à mon goût, dommage. Pour autant il faut le lire. 

J'ai par dessus tout apprécié le parallèle avec le récit de Louis Aragon , Aurélien. La référence est explicite et guide la lecture en même temps que l'enquête. Le fou d'Elsa est aussi celui qui a imaginé ce rêve d'évasion, cet amour impossible. L'histoire d'une fêlure que l'on ressent chez le personnage de Stephanie, institutrice du village qui vie une vie à l'opposé de celle dont elle rêvait et trouve en l'sinpecteur Serenac une possibilité d'absolu, de fuite. C'est un joli thème qui est exploré là.

Et puis, il y a une pépite là dedans qui n'est pas un tableau de Monet mais un passage descriptif sur Le Baiser de Steinlen, que j'ai trouvé très beau.

Je ne dirai rien de plus si ce n'est que j'ai beaucoup apprécié cette lecture et que je compte poursuivre ma découverte de l'auteur, sans doute avec Ne lâche pas ma main, puisqu'il se déroule à la Réunion. J'ai aimé être surprise, balottée, trompée et je vous recommande cette lecture , ne serait-ce que pour découvrir le travail de fourmi de l'auteur qui n'a rien laissé au hasard ( j'ai vérifié en remontant le fil de ma lecture ! hihi )

 

Le challenge de Licorne

L'abc de Nanet

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article

commentaires

Camilla 03/02/2015 19:13

Je n'ai pas lu celui-ci... Mais, Un avion sans elle, est mon préféré de l'auteur ;)

nathchoco 04/02/2015 03:40

alors il faut que je le découvre vite !

Licorne 20/01/2015 19:13

Il y en a des commentaires pour ce livre ! Mais il en vaut le détour. Stellade et moi sommes des fans de Bussi, que nous lisons en LC très souvent, nous sommes toujours bluffées de ces récits tres différents à chaque fois, mais avec une trame qui finit par se reconnaitre... Quel sera le prochain pour toi ?

nathchoco 21/01/2015 03:55

le réunionnais, Ne lâche pas ma main !

Myrtille 20/01/2015 06:50

Je l'ai lu l'an dernier et j'ai été bluffée moi aussi ! Et puis j'ai adoré me promener à Giverny... Bonne journée ;)

nathchoco 20/01/2015 09:35

j'espère avoir l'occasion d'y passer un jour

Soie 19/01/2015 02:23

Il faut absolument que je lise cet auteur ! J'ai déjà offert Nympheas Noirs à mon père, Mourir sur Seine à ma sœur (nous sommes normands ;-) mais je n'ai pas encore pris le temps de le lire moi même, un comble ! :-)

Soie 20/01/2015 20:07

Oui, ils ont beaucoup aimé :-)

nathchoco 19/01/2015 03:37

ont-ils aimé ?

Elsinka 18/01/2015 16:48

J'ai vraiment envie de le lire, ce livre.
Je n'ai jamais lu "Aurélien", tu penses qu'il faudrait que je le lise avant "Nymphéas noirs" ?
Merci pour ta chronique ;)

nathchoco 18/01/2015 18:51

non pas forcément mais par contre Aurélien c'est très beau, vraiment !

Stéphanie 18/01/2015 12:15

je te conseil vraiment de découvrir un avion sans elle du même auteur. Et moi je m'en vais me dépêcher de découvrir nymphéas noirs et aussi ne lache pas ma main qui sont tous les deux dans ma pal.

nathchoco 18/01/2015 13:06

je suivrai ton conseil. Je vais commencer par celui qui se passe à la Réunion néanmoins de façon à retrouver un peu de mon ile d'adoption ;)

Mariejuliet 18/01/2015 11:23

Ahhh encore un livre à lire!!!!

nathchoco 18/01/2015 13:06

mouahahaha !

Syl. 18/01/2015 10:20

Je découvre et je note. Et en plus si je glisse dans mon sac le livre en allant à Giverny...

nathchoco 18/01/2015 13:06

oh la chanceuse, je ne connais pas

Mypianocanta 18/01/2015 09:14

Il est déjà dans ma wish grâce à Licorne justement … et je pense que je vais l'emprunter à la bibliothèque dans les mois qui viennent.
Merci pour cet avis très tentant :)

nathchoco 18/01/2015 13:05

je pense que tu vas aimer toi qui aime aussi l'art ;)

Stellade 18/01/2015 08:28

En fait à la fin , tu te prends à vouloir relire certains passages... Mon préféré!!! Hâte d'avoir ton avis sur "ne lâche pas ma main".

nathchoco 18/01/2015 08:47

tu l'as lu aussi celui-là ? Dans tous les cas je me dis qu'un jour je le relirai tranquillement pour voir tout ce qui était annoncé, les détails de la construction, pour le plaisir

Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Articles Récents

  • La Horde du contrevent, Alain Damasio
    La Horde du contrevent, Alain Damasio, Editions La Volte, 2004, 521 pages Genre : fantasy Thèmes : vent, amitié, horde, écueils, quête, musique L'auteur en quelques mots ... Alain Damasio, né Alain Raymond, est un écrivain français de science-fiction....
  • Origami party pour le mois japonais
    Bien que le papier soit né en Chine au IIème siècle avant J.-C., on pense que la pratique régulière du pliage de papier est essentiellement d'origine japonaise et remonte au VIème siècle. Les premiers pliages étaient destinés à l'emballage des médicaments...
  • Le Maître des livres, Umiharu Shinohara
    Le Maître des livres, tome 1, Umiharu Shinohara, éditions Komikku, 2014, 188 pages Genre : manga Thèmes : lecture, enfance, bibliothèque, amitié, éveil L'auteur en quelques mots ... Dessinateur et scénariste japonais, Umiharu Shinohara ( 篠原ウミハル ) , est...
  • Éloge de l'ombre, Junichirô Tanizaki
    Eloge de l'ombre, Junichirô Tanizaki, édition POF ( Publication orientaliste de France), 1993, 110 pages traduit du japonais par René Sieffert Genre : essai Thèmes : obscurité, occidentalisme, orientalisme, moeurs, plénitude, influence L'auteur en quelques...
  • Outre-Terre, Jean Paul Kauffmann
    Outre-Terre, Jean Paul Kauffmann, éditions Folio, 2017, 359 pages Genre : récit de voyage, essai Thèmes : Russie, Napoléon, Eylau, Histoire, reconstitution L'auteur en quelques mots ... Journaliste et écrivain français, jean Paul Kauffmann est né en 1944....
  • Le Dimanche des mères, Graham Swift
    Le Dimanche des mères, Graham Swift, éditions Gallimard, collection du monde entier, 2017,142 pages Genre : historique Thèmes : aristocraties, société, Angleterre, domesticité, écrivain L'auteur en quelques mots ... Ecrivain britannique né en 1949, Graham...
  • Les Hauts-Conteurs, tome 1 La voix des rois, Olivier Peru et Patrick McSpare
    Les Hauts-Conteurs, tome 1 : la voix des rois, Olivier Peru,Patrick Mc Spare, éditions Scrinéo, 2010, 305 pages Genre : fantasy jeunesse Thèmes : quête, initiation, oralité, Angleterre, créatures fantastiques Les auteurs en quelques mots ... Olivier Peru,...
  • Le Prédicateur, Camilla Läckberg
    Le Prédicateur, Camilla Läckberg, éditions Babel noir, 2013, 500 pages Genre : policier Thèmes : maternité, soumission, enrôlement, meurtre, famille Traduit du suédois par Léna Grumbach et Catherine Marcus L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie...
  • Challenge « Un mois au Japon » - Avril 2017 # 1
    En ce dimanche gourmand, on cuisine japonais à la maison ! Au menu : Soupe miso Mélange Teriyaki Pour la réalisation de la soupe miso : 8 champignons shiitake déshydratés 125 ml (1/2 tasse) d'eau bouillante 250 ml (1 tasse) de tofu mi-ferme, coupé en...
  • Challenge « Un mois au Japon » - Avril 2017
    Lou et Hilde nous ont concocté un nouveau challenge. C'est parti pour le pays du soleil levant ! J'ai raté l'embarquement hier, mais je rejoins les globe-trotteurs pour ce dimanche gourmand. Les thèmes du mois : Samedi 1er avril : Les premiers passagers...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...