Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 janvier 2015 1 19 /01 /janvier /2015 12:56
L'Homme au manteau noir, Diane Setterfield

L'Homme au manteau noir, Diane Setterfield, 351 pages

Editions Plon, collection Feux Croisés, 2014

Genre : roman

Thèmes : famille, deuil, mort,mystère, corbeaux freux

 

L'auteur en quelques mots ...

Retrouvez la biographie de Diane Setterfield sur le billet Le Treizième conte

 

L'histoire

 

" Après avoir songé à ses chers disparus, comme il n'était pas encore mort, il eut le temps d'un dernier souvenir. Ce qu'il extirpa des couches profondes de son esprit, au bout de quarante ans, ce fut un corbeau freux.

Laissez-moi vous expliquer".

Will Bellman avait dix ans le jour où, épatant ses amis de son adresse incroyable, il percuta un corbeau freux isolé sur une branche, d'un coup de lance-pierre. Un coup. Un seul. Passé l'instant de stupeur qui gagna les camarades, l'un voulut l'enterrer avec une cérémonie, un autre souleva l'oiseau "et soudain le noir ne fut plus noir". C'est alors qu'un sentiment étrange envahit Will, un poids lourd pesa sur son coeur pour ne jamais le quitter. Ce jour-là Will eut l'impression d'apercevoir un jeune homme en noir sous un arbre, mais sans doute n'était-ce qu'une illusion...

Son père ayant fui le foyer familial, Will était depuis toujours coupé du reste de la famille, à l'exception d'un oncle, Paul, plus posé et qui souhaitait prendre le jeune homme sous son aile. C'est dans sa manufacture que Will va tout apprendre et se forger une réputation à la hauteur de sa capacité de travail. Car le jeune homme semble doué pour les chiffres, les calculs et l'entreprise progresse rapidement .

Devenu père, co-gérant d'une manufacture qui rapporte sans cesse plus de bénéfices, Will se fait une place dans la famille Bellman. Ses enfants lui donnent plus de joie qu'il n'en aurait espéré et sa vie est l'une des plus enviées par ses anciens camarades. Mais que cache cet acharnement au travail, cet esprit sans repos ?

Il faudra un drame et bien des morts autour de lui pour que Will apprenne que la vie est fragile et qu'il est important d'en prendre soin. Il faudra toute la vigilance de l'homme au manteau noir pour l'amener à comprendre...

 

En vrac et au fil des pages...

 

Je voudrais commencer par me débarrasser du sentiment négatif que j'ai éprouvé à la fin de ma lecture. Je ne sais si cela venait du titre et de son aspect mystérieux, du suspens latent dès les premières pages et la mort de l'oiseau ou encore de mon esprit trop imaginatif qui a voulu voir en l'homme en noir une figure fantastique, toujours est-il que je ressors de ce récit avec un avis mitigé.

Mais reprenons ! Les chapitres alternent le récit de l'évolution de Will Bellman, issu d'une famille modeste mais dont le père aurait pu suivre la lignée familiale des Bellman et quelques pages consacrées aux moeurs des corbeaux freux, leur aspect méconnu et un brin mystérieux. Marqué au fer rouge par les erreurs de son père, Will est donc d'office écarté, ainsi que sa mère Dora, des affaires familiales. Il lui faudra bien du courage, de l'endurance et une vivacité d'esprit hors du commun pour se faire une place de choix dans la manufacture qu'il fera prospérer. Nous voici donc en présence d'un véritable héros.

C'est alors que la chance tourne et la famille, les amis de Will, sont bientôt décimés par une maladie dont on ne sait rien mais qui semble atteindre toutes personnes qui auraient approché Will. Intervient alors, à chaque enterrement, un homme tout de noir vêtu, qui observe Will comme s'il attendait quelque chose. C'est ici ce qui crée le mystère et pousse le lecteur à poursuivre en espérant que cet homme en noir se dévoile, qu'un pacte soit peut-être conclu, que sais-je ?

Pour autant, jusqu'à la fin du récit, l'homme au manteau noir reste une ombre pesante que l'on ne peut s'empêcher de relier à sa première apparition : le jour où Will, enfant, a tué ce corbeau pour épater ses amis.

Sans doute à ce stade le lecteur a-t-il compris ce que le personnage de Will n'a pas encore admis, la dimension toute philosophique de cet homme, homme en noir, homme-corbeau ?

Je suis déçue car tout dans ce roman désigne et souligne le fantastique sans jamais le faire éclore. Le titre en anglais me semble donc plus juste : Bellmann et Black, car ne sous-entend pas cette dimension de mystère liée à l'oiseau. En outre, le lecteur a en tête au moins un film de Hitchcock et des croyances anciennes qui relient le corbeau à la mort. Tout est donc mis en place pour orienter notre lecture. Cela ne serait pas grave si la chute apportait quelque révélation. Pourtant elle est ce que l'on attendait d'elle, plate, sans conviction puisque Will comprend enfin combien la vie est ténue, fragile et importante, ce que tout homme doit comprendre. En réalité c'est l'histoire d'un homme qui ne cesse de renouveler ses erreurs.

Est-ce donc une leçon de vie que veut nous donner Diane Setterfield à travers ce récit qui s'apparente à un conte par certains aspects ? Mais dans ce cas pourquoi avoir laissé planer le doute ? Pourquoi même l'avoir accentué avec la fille de Will, Dora, qui semble avoir une attirance particulière pour ces oiseaux ?

On est loin ici du Treizième conte et c'est très bien mais très déstabilisant aussi. Je pense que la critique a trop insisté sur le mystère, l'incroyable souffle de ce roman. Certes la plume est fluide, alerte, sensible par moments, l'alternance des chapitres donne du rythme, mais l'ensemble est assez pauvre à mon goût car l'on a la sensation de se retrouver à la place de Will et de n'avoir rien compris, rien retenu.

Je reste sur ma faim ...

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans la petite fève amère
commenter cet article

commentaires

Licorne 20/01/2015 19:08

Je suis dans la rédaction de ma chronique... J'ai le même ressenti que toi dans l'ensemble, une grosse déception car même si je l'ai lu jusqu'au bout sans vraiment m'ennuyer , je n'ai pas compris le message trop effiloché ... et sans vraiment de mise en garde ou d'intérêt ...Dommage !

nathchoco 21/01/2015 03:38

oui c'est ça, ce n'est pas clair. Est-ce une hallucination ? Les morts ont-ils un lien réel avec l'oiseau ou pas ?

jerome 20/01/2015 12:54

Déjà que ça ne me disait rien à la base, mais si en plus tu es restée sur ta faim, je vais m'en passer sans regret.

nathchoco 21/01/2015 03:38

peut-être que cela te plairait, c'est assez sombre. Le parcours du personnage qui monte et chute est une bonne idée en soi. Mais le problème est que le roman semble annoncer autre chose qui n'aboutit pas. Peut-être aurais-je dû le lire dans une autre optique

Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares
    Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares, éditions Gallimard, 2017, 336 pages Genre : récit jeunesse Thèmes : famille, divorce, adolescence, sentiments, mariage, fratrie, amour Traduit de l'anglais par Vanessa Rubio-Barreau L'auteur en quelques mots... Connue...
  • Vacances en forme de petits bonheurs #1
    En vacances les petits bonheurs sont quotidiens. Les voici rassemblés dans un billet hebdomadaire. Lundi 17 juillet : court séjour à Capbreton pour rejoindre une partie de la famille. Bien installés au camping ,on apprécie un pique nique sur la plage,...
  • Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg
    Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg, éditions Babel noir, 2009, 593 pages Genre : policier Thèmes : meurtre, enfance, famille, secrets, enquête L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie de Camilla Läckberg sur les premiers billets de la...
  • 4 days in London !
    Afin de rendre les honneurs à la ville de Londres que nous avons découverte en octobre 2015, je relance ce billet sur notre magnifique séjour. Notre retour en métropole est l'occasion de faire découvrir aux enfants des lieux que nous aimons et que nous...
  • La Compagnie des menteurs, Karen Maitland
    La Compagnie des menteurs, Karen Maitland, éditions Pocket, 2014, 664 pages Genre : thriller médiéval ,historique Thèmes : peste, Moyen âge, XIV °S, religion, fanatisme, énigme L'auteur en quelques mots ... Née en 1956 au Royaume Uni, Karen Maitland écrit...
  • Agatha Raisin enquête, tome 3 : Pas de pot pour la jardinière
    Agatha Raisin enquête, tome 3, Pas de pot pour la jardinière, M.C Beaton, éditions Albin Michel, 2016, 246 pages Genre : policier so british ! Thèmes : jardinage, meurtre, jalousie, enquête L'auteur en quelques mots Retrouvez la biographie de M.C Beaton...
  • Juin : le mois anglais sur les blogs !
    C'est avec plaisir que je renouvelle ma participation au mois anglais, organisé par Lou et Cryssilda. L'occasion de dépoussiérer le blog qui n'a pas vu d'article depuis fort longtemps, travail oblige ;) Pour le plaisir des sens donc : 1er juin : "Un jour"...
  • Le poids des secrets, tome 1 Tsubaki, Aki Shimazaki
    Le poids des secrets, tome 1 : Tsubaki, Aki Shimazaki, éditions Babel, 1999, 115 pages Genre : contemporain Thèmes : famille, passé, amour, seconde guerre, Hiroshima, Nagasaki L'auteur en quelques mots ... Née à Gifu, au Japon, en 1954, Aki Shimazaki...
  • La Bête humaine, Emile Zola
    La Bête humaine, Emile Zola, éditions Folio classique, 1995, 501 pages Genre : classique Thèmes : amour, passion, meurtre, pulsions, machine à vapeur, ville, ouvriers, gare L'auteur en quelques mots ... Considéré comme le chef de file du naturalisme,...
  • La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami
    La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami, éditions Picquier Poche , 2009, 342 pages Genre : contemporain traduit du japonais par Elisabeth Suetsugu Thèmes : brocante, amour, objets, bonheurs, rencontres, liens L'auteur en quelques mots ... Retrouvez ma chronique...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...